Université de Genève – Un jeu vidéo d’action qui booste la lecture
Publié

Université de GenèveUn jeu vidéo d’action qui booste la lecture

Une équipe de chercheurs italo-suisses a créé un jeu qui permet d’améliorer les capacités de lecture et d’apprentissage des enfants.

Et si les jeux vidéo, au lieu d’être un obstacle à la lecture, pouvaient au contraire aider à son apprentissage? C’est le défi que s’est lancé une équipe de l’Université de Genève (Unige), en collaboration avec des scientifiques de l’Université de Trento, en Italie. Dans cette optique, ils ont créé un jeu vidéo qui entraîne différentes fonctions exécutives, telles que la mémoire de travail, l’inhibition et la flexibilité cognitive, fonctions auxquelles l’enfant fait appel pendant la lecture.

«L’univers de ce jeu est un monde alternatif dans lequel l’enfant, accompagné de son Raku, une créature volante, doit avancer et exécuter différentes missions pour sauver la planète», explique Angela Pasqualotto, première auteure de l’étude basée sur sa thèse à l’Université de Trento. Les chercheurs ont ensuite coopéré avec 150 enfants italiens âgés de 8 à 12 ans, répartis en deux groupes: le premier joue au jeu développé par l’équipe, et le second à Scratch, un jeu qui enseigne aux enfants à programmer.

Des améliorations durables

Après une dizaine d’heures d’entraînement, les résultats des enfants ayant testé le jeu créé dans le cadre de l’étude démontrent une amélioration des capacités de lecture qui persiste avec le temps, au point d’observer de meilleures performances en lecture en classe plus d’un an après la fin de l’entraînement, rapporte l’Unige dans un communiqué lundi.

Le jeu s’appelle «Skies of Manawak», son design allie les jeux vidéo d’action à des mini-jeux entraînant différentes fonctions exécutives sollicitées lors de la lecture. 

Le jeu s’appelle «Skies of Manawak», son design allie les jeux vidéo d’action à des mini-jeux entraînant différentes fonctions exécutives sollicitées lors de la lecture.

UNIGE

Les notes en italien deviennent significativement meilleures avec le temps, attestant d’une amélioration vertueuse de la capacité à apprendre. «Les effets se développent ainsi sur le long terme, le jeu vidéo d’action ayant renforcé la capacité d’apprendre à apprendre», souligne Daphné Bavelier, professeure à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation à Genève.

Afin de vérifier si l’efficacité du jeu s’applique à d’autres langues, ce dernier va être adapté en allemand, français et anglais.

(lhu)

Ton opinion

1 commentaire