Un jeune castor mutile 36 pommiers
Actualisé

Un jeune castor mutile 36 pommiers

Le jeune mammifère a voulu se payer un festin. Pas de chance, il n'a pas pu emporter d'arbre. Ils étaient tous attachés en prévision de la récolte.

Trente-six troncs sectionnés ou rongés par de solides dents. Le jour où Damien Dutruy a découvert le saccage dans ses cultures, l'animal l'a même nargué. Il s'est repayé une tranche d'écorce le temps que l'arboriculteur s'absente une heure et revienne sur les lieux. Celui-ci s'est alors empressé d'installer le lendemain un filet électrifié le long de la rivière attenante au terrain, d'où venait le pique-assiette.

Vu la largeur des dents de l'auteur du délit, le garde-pêche Luc Jacquemettaz estime qu'il s'agit d'un «jeune subadulte, âgé de 2 à 3 ans». Poussé hors du nid familial, il est venu du lac en éclaireur en quête d'un territoire. Faute d'avoir pu emporter la nourriture espérée, il ne risque pas de revenir.

«C'est spectaculaire, commente avec le sourire Damien Dutruy. Mais, s'il commence à manger dix arbres par jour, c'est moins amusant.» Les dégâts se chiffrent à environ 3000 fr., en partie pris en charge par la protection de la faune.

L'histoire se répète pour l'arboriculteur, victime il y a une douzaine d'années du même phénomène. Si ces ravages sont rares, ils ne sont pas exceptionnels. «Trois à cinq cas de cette importance se produisent chaque année dans le canton de Vaud», avance Sébastien Sachot, conservateur de la faune. Le nombre de castors vaudois est estimé à une centaine.

Sophie Roselli

Ton opinion