Genève: Un jeune héros kosovar a sauvé la vie d’une Serbe
Publié

GenèveUn jeune héros kosovar a sauvé la vie d’une Serbe

Mexhid a extirpé Ivana de son logement enfumé. Ils racontent cette belle histoire.

par
Jérôme Faas
Le courage de Mexhid a permis de sauver la vie d’Ivana, coincée dans son logement en feu.

Le courage de Mexhid a permis de sauver la vie d’Ivana, coincée dans son logement en feu.

Christian Bonzon

«J’étais morte et j’ai été ramenée à la vie», synthétise Ivana. Dimanche 24 avril au soir, le matelas de la sexagénaire s’est embrasé pour une raison encore indéterminée. Gravement intoxiquée, elle a passé quatre jours à l’hôpital avant de rentrer chez elle, aux Eaux-Vives. Une issue heureuse rendue possible par le courage de Mexhid, qui passait là par hasard.

«Quelqu’un criait à un balcon. De la fumée sortait d’une fenêtre au rez. J’ai levé le store et je suis entré. Il y avait tant de fumée que je ne trouvais personne. Je suis ressorti respirer et j’y suis retourné. Là, j’ai pu traîner Ivana jusqu’à la fenêtre, mais pas la sortir. Un voisin m’a donné un linge mouillé, j’y suis à nouveau allé car je pensais qu’un enfant était encore dedans.» Ce n’était pas le cas. Les pompiers sont alors arrivés.

L’histoire est d’autant plus belle qu’Ivana est d’origine serbe et que Mexhid est Kosovar, des peuples qui ont été en guerre. Les deux protagonistes sont loin de cette animosité. «Il s’est jeté dans le brasier alors que d’autres auraient pensé à leur cul», loue Ivana, qui sourit du hasard ayant fait «qu’un Kosovar ait sauvé une Serbe le soir de la Pâque orthodoxe et en plein ramadan».

L’homme de 26 ans, qui a aussi été hospitalisé une journée, ignorait bien sûr l’origine d’Ivana. «Si j’avais su, ça n’aurait rien changé. Je n’ai pas réfléchi. Il y avait une vie à sauver, serbe ou albanaise, c’est égal.» Preuve de sa spontanéité, Mexhid n’a pas juste risqué sa santé. Sans-papiers, il n’avait aucun intérêt à s’exposer. Il espère aujourd’hui que son altruisme ne lui nuira pas. «Je ne le laisserai jamais tomber», jure Ivana.

Ton opinion