Irak: Un jihadiste se fait exploser après un match de foot

Actualisé

IrakUn jihadiste se fait exploser après un match de foot

Le village d'Al-Asriya, au sud de Bagdad, se préparait samedi à enterrer ses morts au lendemain d'un attentat suicide revendiqué par l'EI, qui a fait 32 morts.

Le kamikaze, vraisemblablement un adolescent selon une photo diffusée par l'EI, s'est fait exploser dans la foule au moment de la remise des trophées juste après la fin du match. L'attaque a fait 32 morts, dont la majorité sont mineurs.

«Il y a 32 morts et 84 blessés, dont 12 dans un état critique», a indiqué à l'AFP un responsable du Département de la santé de la province de Babylone.

«Dix-sept des personnes décédées sont des garçons âgées de 10 à 16 ans», a-t-il ajouté.

Vendredi soir, la police locale avait fait état d'un bilan d'au moins 30 morts et de plus de 65 blessés.

Maire tué aussi

Al-Asriya se situe près de la localité d'Iskandariyah, à 40 km environ au sud de la capitale irakienne.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre un homme s'exprimer devant une table recouverte de trophées et appeler le nom d'un joueur avant une énorme explosion.

«Le kamikaze a fendu la foule pour approcher le centre du rassemblement et s'est fait exploser alors que le maire présentait les récompenses aux joueurs», a raconté à l'AFP Ali Nashmi, un témoin âgé de 18 ans.

Le maire du village, Ahmed Shaker, a été tué, de même que l'un de ses gardes du corps et au moins cinq membres des forces de sécurité.

Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des poteaux de but abîmés et maculés de sang.

Le Département d'État américain a présenté ses condoléances aux familles des victimes, tout comme l'envoyé spécial des Nations Unies en Irak.

Le groupe jihadiste avait mené en juin 2014 une offensive fulgurante qui lui avait permis de s'emparer de vastes pans de territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad, mais il a subi depuis plusieurs revers militaires face aux forces irakiennes, soutenues par les frappes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.

Les forces irakiennes viennent de lancer une offensive pour reprendre la province de Ninive (nord) et sa capitale Mossoul, deuxième ville du pays et principal fief de l'EI en Irak.

Selon des experts, les combattants de l'EI vont de plus en plus avoir recours aux attentats suicide tant que leur «califat» autoproclamé à cheval sur la Syrie et l'Irak continuera de perdre du terrain. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion