Actualisé 18.04.2017 à 20:46

GenèveUn «jouet vidéo» genevois secoue l'univers du gaming

Progressiste et novateur, un concept de jeu créé par deux jeunes femmes cartonne déjà.

de
Lucie Fehlbaum

Tourmaline risque bien de faire parler de lui. Le studio de jeux vidéo, basé au bout du lac, a vu naître Oniri-Islands, hybride de jouet physique et d'univers virtuel. Un «jouet vidéo», financé par une campagne participative qui s'est achevée mardi sur un succès, avec plus de 30 000 fr. récoltés. C'est sur le site du jeu que s'ouvrira un e-shop, pour passer commande.

L'idée a germé en 2013 dans la tête des deux jeunes cofondatrices du studio. Marion et Camille, anciennes élèves d'une école de l'image parisienne et toutes deux graphistes digital, se sont lancées dans l'aventure à la suite d'un projet scolaire de Marion, «embryon» d'Oniri-Islands.

Des figurines plus progressistes

Le succès a permis à Tourmaline de gagner six prix internationaux et de fréquenter les grands salons de jeux vidéo du monde. Financés par Pro Helvetia, les deux jeunes femmes ont voyagé de Paris à San Francisco.Elles y ont croisé un gros fabriquant américain, déjà intéressé par leurs figurines moins genrées, loin des clichés habituels. Et surtout, un public «qui veut voir plus de jeu comme ça», composé notamment de familles. «Le concept est neuf, il intrigue. Les gens ne savent pas forcément comment ça marche. Dans les salons, on peut présenter l'univers, la jouabilité. Et répondre aux craintes de parents, parfois frileux quand il s'agit de jeux vidéos.»

Un milieu masculin

C'est aussi l'occasion d'observer les améliorations en matière d'égalité hommes-femmes dans un monde plutôt fermé à ces dernières. «Les a priori existent encore et doivent être dénoncés, mais on va vers le mieux», relève Marion.

Mêler mondes physiques et numériques

Oniri-Islands, qui sortira à Noël, est un jeu d'aventure pour deux, où le joueur incarne une des deux figurines qui prennent vie sur une tablette. Elles y sont reliées sans batterie, grâce à des points de connexion. Une technologie française qui permet de localiser la position et la rotation d'un objet sur une tablette. Les premiers prototypes, réalisés avec une imprimante 3D, laisseront bientôt la place au matériel final, du plastique conducteur, dès le lancement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!