Football - Un joueur du FC Sion vit l’enfer au Maroc
Publié

FootballUn joueur du FC Sion vit l’enfer au Maroc

En déplacement cette semaine au Maroc dans le cadre des éliminatoires à la Coupe du monde 2022, la Guinée-Bissau a vécu un véritable cauchemar.

par
Chris Geiger
Plusieurs joueurs de la Guinée-Bissau ont dû être hospitalisés.

Plusieurs joueurs de la Guinée-Bissau ont dû être hospitalisés.

Mauro Rodrigues

La Guinée-Bissau se souviendra certainement très longtemps de son séjour au Maroc. Appelée à affronter à deux reprises les Lions de l'Atlas dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2022, la sélection de l’Afrique de l’Ouest a été victime d’une intoxication alimentaire généralisée dans la nuit de mardi à mercredi.

Présent à Rabat avec les Djurtus, Mauro Rodrigues est revenu sur cet épisode suspect, intervenu à la veille du premier des deux duels. «On s’est entraînés au stade à 20h00, avant de rentrer à l’hôtel vers 22h00. On est alors tous allés manger et, 30 minutes plus tard, on a tous commencé à avoir mal au ventre et à la tête. Puis quelques joueurs ont commencé à être pris de diarrhées et de vomissements. Certains coéquipiers ont même vomi du sang», a d’abord relaté l’ailier du FC Sion.

Avant de poursuivre son récit: «Plusieurs joueurs sont donc allés à l’hôpital, où ils ont été pris en charge afin d’être réhydratés. On n’a presque pas dormi de la nuit. A titre personnel, j’ai pu me reposer seulement deux heures car j’étais toute la nuit aux toilettes.» Toujours malade à son réveil, l’ailier de 20 ans, qui compte deux apparitions en Super League avec le club valaisan, s’est rendu à son tour à l’hôpital, accompagné par une dizaine de coéquipiers.

«Les médecins marocains ont alors refusé de nous soigner. Ils nous ont simplement proposé de faire des analyses. On n’a pas accepté car le match avait lieu quelques heures plus tard seulement. Les docteurs ont donc écrit dans leur rapport qu’on avait refusé de donner des échantillons et qu’on était à 100% pour disputer la rencontre. On était pourtant encore tous malades et des représentants de la FIFA et de la CAF étaient présents pour le constater. Mais, suite au rapport des médecins, on a été obligés par les deux instances de jouer la partie. Si on refusait, on risquait, en effet, de lourdes sanctions», a regretté celui qui a fait ses débuts internationaux en mars dernier.

«C’est quand même très bizarre»

Mauro Rodrigues

Avec une préparation aussi tronquée, c’est sans surprise que la Guinée-Bissau a été balayée 5-0 par le Maroc au Stade Moulay Abdallah. «Lors de la partie, ça se voyait d’ailleurs très bien qu’on n’était pas du tout là physiquement, ni mentalement. La preuve: un joueur (ndlr: Opa Sanganté) est tombé dans les pommes à la 20e minute et a dû être remplacé. Il a ensuite été emmené à l’hôpital, où les docteurs ont constaté qu’il était déshydraté», a poursuivi un Mauro Rodrigues qui n’est pas entré en jeu.

Si ce dernier ne souhaite pas accuser le Maroc sans preuve, il a quand même tenu à souligner l’étrangeté de la situation. «On ne va pas dire qu’on a été intoxiqués volontairement car on n’est pas sûrs, mais c’est quand même très bizarre que les 25 joueurs ainsi que le staff soient malades d’un coup. Ce d’autant plus qu’il y avait déjà eu un cas similaire au Maroc il y a quelques années», a rappelé le joueur sous contrat jusqu’au 30 juin 2023 avec le FC Sion.

Les faits cités remontent, en effet, à 2017 lorsque plusieurs éléments de la sélection gabonaise s'étaient alors soudainement retrouvés malades. «La moitié de l’équipe plus le staff avec un mal de ventre incroyable le jour du match. Ah non, c’est fort… Quel sacré jus d’orange ce matin», avait alors ironisé Pierre-Emerick Aubameyang, l’attaquant d’Arsenal.

A nouveau opposée à la sélection de Vahid Halilhodzic ce samedi soir (21h00) à Casablanca, la Guinée-Bissau n’aura, elle, certainement pas envie de plaisanter et voudra assurément se faire justice après cette curieuse mésaventure.

Ton opinion

36 commentaires