Polémique en Italie: Un journal qualifie l'archevêque de Milan d'«imam»
Actualisé

Polémique en ItalieUn journal qualifie l'archevêque de Milan d'«imam»

Un article d'un journal affilié à la Ligue du Nord et les déclarations d'un ministre de ce parti populiste, qualifiant l'archevêque de Milan d'«imam» et le comparant à un «prêtre mafieux» ont suscité de vives réactions.

Le journal La Padania s'est demandé dans un article publié dimanche si le cardinal Dionigi Tettamanzi, l'archevêque de Milan, était «un évêque ou un imam», critiquant son ouverture d'esprit envers les musulmans, alors que le ministre pour la Simplification des lois, Roberto Calderoli, a comparé lundi le cardinal à «un prêtre mafieux en Sicile».

«Je suis un disciple de Jésus», a rétorqué le cardinal, cité mardi par le quotidien Corriere della Sera. Assailli par les médias à la sortie de la messe du jour de la Saint-Ambroise, le patron de la ville de Milan, l'archevêque s'est qualifié d'«homme très serein», «d'un calme olympien».

Le cardinal est considéré comme un prélat très «progressiste» voire «un gauchiste» par la droite populiste et xénophobe italienne.

Le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, cité par l'agence Ansa, a exigé mardi au cours d'une visite à Milan du «respect» pour Mgr Tettamanzi, «un grand pasteur de l'église d'Ambroise et de son peuple».

Le cardinal qui se trouvait à ses côtés a répondu avec ironie: «je ne suis pas encore un martyr». Rosy Bindi, une responsable du Parti démocrate proche des milieux catholiques progressistes, interrogée par Repubblica, a qualifié d'«inacceptable (..) la tentative de Calderoli de diviser l'église italienne en bons et méchants, établissant une impossible concordance entre les positions xénophobes et racistes de la Ligue (du Nord) en matière d'immigration et certains dirigeants de la Conférence épiscopale italienne».

Théologien, homme de terrain proche des gens, Dionigi Tettamanzi avait été nommé à la tête du diocèse de Milan, le plus grand d'Europe, par le pape Jean Paul II en juillet 2002. (afp)

Ton opinion