France: Un journaliste de CNews piégé par un tweet parodique

Publié

FranceUn journaliste de CNews piégé par un tweet parodique

Coutumier des coups de gueule, Pascal Praud s’est vivement emporté mercredi soir dans «L’heure des pros» après avoir lu une publication qu’il pensait provenir de la ministre de la Transition écologique.

(vidéo 20 minutes)

Engueulades, clashs, débats enflammés, propos controversés, sujets polémiques… Diffusée en direct matin et soir, l’émission «L’heure des pros» est pour beaucoup dans le succès grandissant de la chaîne CNews. Son côté «café du Commerce», son orientation très à droite ainsi que le colérique Pascal Praud sont régulièrement raillés par la concurrence, et particulièrement par l’émission «Quotidien». Reste que le programme séduit de très nombreux téléspectateurs: c’est notamment grâce à lui que CNews est passé devant BFMTV dans la tranche 17 h-22 h.

Coutumier des coups de gueule, le présentateur Pascal Praud s’est illustré mercredi soir en s’emportant contre Agnès Pannier-Runacher, ministre française de la Transition écologique. En cause, un tweet prétendument publié par la politicienne à propos des mesures d’économie d’énergie. «À chaque fois qu’elle dit quelque chose, c’est collector!» s’énerve le journaliste, comme pour faire monter le suspense. Il lit ensuite le fameux tweet: «Elle a dit cette chose absolument incroyable: «Si votre frigo est vide à la fin du mois, autant le débrancher pour faire des économies d’énergie.»

Autour de la table, personne ne bronche. «J’ai cru que c’était le Gorafi (ndlr: un site parodique). Je vous assure (…) Voilà les gens qui nous dirigent! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise?» commente ensuite Pascal Praud, outré. Il faudra une coupure pub et probablement une pluie de notifications sur le téléphone du présentateur pour que celui-ci comprenne son erreur. En réalité, ce tweet provenait d’un compte Twitter intitulé «Ministère Écologie Déserté», clairement signalé comme étant effectivement parodique. Le journaliste ne présente pas d’excuses mais reconnaît sa bourde. «Moi-même je me suis fait avoir», déclare-t-il. Rires gênés autour de la table.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

(joc)

Ton opinion

18 commentaires