Actualisé

RussieUn journaliste russe menacé obligé de se cacher

Un journaliste russe et ex-dissident soviétique, Alexandre Podrabinek, s'est caché avec sa famille après avoir reçu des menaces pour la publication d'un article très critique de l'URSS, a annoncé lundi la directrice du site ej.ru.

«Il craint pour sa famille, il veut la protéger», a déclaré à l'AFP Olga Pachkova, dont le site d'information et d'analyse a publié l'article le 21 septembre.

«Il faut s'inquiéter pour Alexandre (...) Il sait toutefois comment se comporter dans ce genre de situation, et j'espère qu'il est bien caché», a-t-elle poursuivi, tout en précisant qu'il n'avait pas quitté la Russie.

Le journaliste a suscité la colère de mouvements de jeunesse proches du pouvoir en dénonçant la décision de la mairie de Moscou de débaptiser un restaurant, surnommé «Antisoviétique», après une plainte de vétérans de la Seconde guerre mondiale.

«Vous êtes choqués par le nom 'antisoviétique' car vous étiez sans doute matons dans les camps et les prisons (...) bourreaux dans un peloton d'exécution», a-t-il écrit dans son article.

M. Podrabinek a reçu des appels menaçants après que son numéro de téléphone et son adresse eurent été publiés sur des sites internet affiliés aux jeunesses pro-Kremlin, a précisé Mme Pachkova. Des personnes non identifiées se sont aussi présentées à son domicile.

Mme Pachkova, qui a également reçu des menaces, dit n'avoir «aucun regret» suite à cette publication, et attend les suites d'une plainte que le mouvement de jeunes pro-Kremlin Nachi (les Nôtres) a annoncé vouloir déposer.

L'ONG Reporters sans frontières a appelé à ce que cesse la «campagne de haine» contre le journaliste.

Le mouvement Nachi a pour sa part indiqué ne pas avoir menacé le journaliste mais a appelé à une «manifestation illimitée» devant son domicile à partir de mercredi.

«On veut le voir, pour qu'il dénonce son article et qu'il s'excuse publiquement sur le site (ej.ru)», a indiqué à l'AFP, Gelb Kraïnik, un porte-parole de Nachi.

«Nous considérons que des gens qui insultent les vétérans ne devraient pas avoir le droit de vivre» en Russie, a-t-il ajouté, tout en soulignant que son mouvement n'utiliserait que des «moyens légaux» contre le journaliste.

Alexandre Podrabinek, 56 ans, avait été emprisonné au Goulag pour avoir clandestinement publié des articles critiques de l'URSS. Il écrit actuellement pour le site indépendant ej.ru, le journal d'opposition Novaïa Gazeta et dirige un site d'information, prima-news. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!