Economie: Un Jurassien sur dix affronte une situation de pauvreté
Publié

ÉconomieUn Jurassien sur dix affronte une situation de pauvreté

L’État jurassien a publié vendredi son rapport social. Un citoyen sur dix est considéré comme pauvre. L’Exécutif prévoit des mesures pour y remédier.

Personne retirant de l'argent à un bancomat La Poste à Lausanne, le 26 janvier 2021.

Personne retirant de l'argent à un bancomat La Poste à Lausanne, le 26 janvier 2021.

20min/Marvin Ancian

Environ 7000 Jurassiens sont en situation de pauvreté, soit un citoyen sur dix, et près de 4000 sont en situation de risque de pauvreté. C’est ce qu’a révélé vendredi le rapport social 2021 du canton, publié trois ans après la première analyse sur cette thématique. 

Le taux de risque de pauvreté s’élève à 14,8% au sein de la population jurassienne; les familles monoparentales présentent ainsi un taux de risque de pauvreté (28,4%) ou de pauvreté sévère (19,3%) élevé, taux doublé par rapport à la moyenne cantonale, note l’État dans un communiqué.

Il en va de même pour les populations de nationalité étrangère, qui recourent cinq fois plus fréquemment à l’aide sociale que la population suisse. Il ressort également de cette analyse que les taux de pauvreté en valeurs absolues et relatives varient sensiblement d’une commune jurassienne à l’autre.

À noter que ce rapport est le fruit d’une collaboration entre plusieurs services de l’État, le Service de statistique du canton de Neuchâtel ainsi que des représentants des associations et institutions du domaine social jurassien. 

Quelles solutions?

L’État soulève que de nombreux Jurassiens auraient droit à des prestations sociales, mais n’y accèdent pas. Une problématique qui entraîne une détérioration progressive des conditions de vie, de la santé et de la situation financière des personnes concernées, détaille le communiqué. Les obstacles administratifs ou le découragement par rapport à la complexité des systèmes d’aide devraient être, dans la mesure du possible, levés, déclare le canton.

Pour y remédier, le gouvernement entend sensibiliser sur la question de la pauvreté et sur les facteurs de précarisation, mais aussi renforcer l’information sur les dispositifs d’aide existants. Le projet de mise en place de guichets sociaux tout comme le renforcement des réseaux d’entraide de proximité s’inscriront dans cette stratégie de lutte. Et la collaboration entre les différents services de l’État et les acteurs du domaine social devra encore être renforcée et améliorée. 

Haut niveau de pauvreté

(comm/lvb)

Ton opinion

87 commentaires