Suisse: Un jury éclectique choisira le nouvel hymne national
Actualisé

SuisseUn jury éclectique choisira le nouvel hymne national

Musiciens, mais aussi journalistes ou publicitaires, ils seront trente pour désigner la meilleure version du «Sur nos monts...» de demain.

par
Jean-Bernard Mani
Composé par Alberich Zwyssig en 1841, le cantique suisse a acquis son statut d'hymne en 1981.

Composé par Alberich Zwyssig en 1841, le cantique suisse a acquis son statut d'hymne en 1981.

«Je connais peu l'hymne actuel. Je ne pourrai donc que bien connaître le nouveau», sourit Pierre Kohler. Le maire de Delémont est à la tête du jury francophone du concours pour trouver un successeur au vénérable cantique d'Alberich Zwyssig.

Afin de départager les candidatures, la Société suisse d'utilité publique a sélectionné trente personnalités. Un panel typiquement helvétique couvrant toutes les régions linguistiques. On y retrouve bien sûr des représentants de la musique, du slam au yodel, mais aussi des dirigeants du monde sportif, des journalistes, et même un politicien.

Côté romand, neuf membres très différents ont été choisis. L'écrivaine Anne Cunéo côtoie ainsi le professeur de théologie François-Xavier Amherdt ou l'ancien rédacteur en chef du «Matin» Peter Rothenbühler, dans un collège dont la moyenne d'âge flirte avec les 60 ans. Le rappeur Andri Perl est le benjamin du jury, lui qui aura 30 ans l'an prochain.

Son collègue, le conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger, espère un nouvel hymne harmonieux. «L'actuel est difficile. Il faut s'accrocher pour placer juste les paroles sur la musique», regrette le politicien UDC, désigné également pour ses activités de poète et de musicien.

«La mélodie actuelle devra être reconnaissable dans le nouvel hymne», rappelle ¬Lukas Niederberger, responsable du concours. Le préambule de la Constitution fédérale suisse devra aussi servir de base au nouveau texte. La compétition est ouverte à tous. Les projets devront être rendus avant fin juin 2014.

Des paroles qui rassemblent

«Le critère essentiel à mes yeux pour le nouvel hymne est que ses paroles rassemblent et nous ressemblent.» Jean-Marc Richard aimerait un cantique harmonieux et pas élitiste. «Il faut que chacun puisse comprendre les paroles, estime l’animateur de radio et de télé, qui présente de nombreuses émissions consacrées aux musiques populaires. Le texte devrait parler d’accueil et d’intégration.» Et Jean-Marc Richard sait de quoi il parle: il présente depuis une vingtaine d’années la soirée du 1er Août à la télévision. «Lorsque vient le moment de chanter l’hymne, j’ai plutôt envie de fredonner l’air, car j’ai beaucoup de peine avec les paroles», avoue-t-il.

Jean-Marc Richard (photo), l’un des neuf membres du jury francophone, avec:

- François-Xavier Amherdt, professeur de théologie catholique et musicien

- Anne Cuneo, écrivaine

- Jean-Louis Dos Ghali, Chef de Chœur de la Cathédrale de Lausanne

- Oskar Freysinger, politicien, poète et musicien

- Claude-André Mani, président de l’association suisse des Chœurs

- Valérie Ogier, rédactrice radio à la RTS

- Jean-Marc Richard, , rédacteur radio à la RTS

- Peter Rothenbühler, journaliste

Un membre reste encore à définir.

Ton opinion