Nigeria: Un kamikaze ouvre le feu devant un lycée
Actualisé

NigeriaUn kamikaze ouvre le feu devant un lycée

Douze étudiants ont été blessés grièvement vendredi par un kamikaze qui a ouvert le feu devant un lycée de Potiskum, ville souvent visée par Boko Haram.

Un des étudiants victime de l'attentat sur son lit d'hôpital.

Un des étudiants victime de l'attentat sur son lit d'hôpital.

Plusieurs lycéens du «College of Administrative and Business Studies» (CABS) de l'Etat de Yobe ont raconté que l'assaillant portait une ceinture d'explosifs. Il s'est suicidé après avoir épuisé ses munitions, mais sans faire d'autres victimes.

«Nous avons évacué 12 personnes avec de graves blessures par balle. Elles ont été transportées dans un hôpital», a déclaré un policier sous couvert de l'anonymat.

Depuis une série d'attentats dans la ville de Potiskum, certains visant des établissements primaires et secondaires, les étudiants du CABS doivent subir un contrôle de sécurité avant d'entrer sur le campus. L'assaillant a ouvert le feu sur des élèves qui attendaient à la porte avant de passer le contrôle, selon les témoins.

Lycéens paniqués

«Le cours venait de commencer quand nous avons entendu des tirs venant de la porte. Nous avons tout de suite compris qu'il s'agissait d'une attaque et nous nous sommes précipités en dehors de la salle», a raconté un lycéen, Tijjani Musa.

Selon un autre élève, Mustapha Umar, le tireur avait réussi à franchir l'entrée dans la panique qui a suivi les premiers coups de feu. «Il a continué à tirer sporadiquement», mais a été poursuivi par un groupe d'étudiants qui voulaient le maîtriser, a-t-il dit.

Islamistes soupçonnés

L'attentat n'a pas été revendiqué, mais Potiskum a déjà été visé à plusieurs reprises par les islamistes de Boko Haram. Ces derniers sévissent dans la région depuis des années.

En novembre dernier, 58 personnes avaient été tuées et 117 blessées par un attentat-suicide à la bombe contre une école secondaire toute proche du CABS. L'attentat avait été attribué à Boko Haram, qui s'en prend régulièrement aux établissements d'enseignement «occidental». (ats)

Ton opinion