Actualisé 12.03.2007 à 14:44

Un kamikaze tué et quatre blessés dans un attentat

Casablanca - Un kamikaze marocain est mort dimanche dans l'explosion d'une bombe qu'il dissimulait sous ses vêtements dans un cybercafé de Casablanca.

Un deuxième kamikaze, qui avait pris la fuite, a été arrêté par la police.

C'est la première fois depuis les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca (100 km au sud de Rabat) qu'une bombe détenue par un terroriste explose au Maroc et fait des victimes. L'explosion a fait également quatre blessés, dont le deuxième kamikaze arrêté. L'attentat n'a pas été revendiqué.

Un responsable de la préfecture de Casablanca a affirmé dans la nuit de dimanche à lundi que les deux kamikazes ne visaient pas le cybercafé, situé dans le quartier Sidi Moumen de Casablanca. Ils comptaient recevoir des instructions de leurs dirigeants via internet pour faire exploser leurs bombes dans une autre partie de la ville, a-t-il estimé.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), citée par l'agence marocaine Map, explique que dimanche soir, deux Marocains se sont introduits dans le cybercafé de Sidi Moumen pour «essayer de consulter des sites internet faisant l'apologie du terrorisme».

En raison d'une dispute

L'homme tué par sa charge s'était disputé avec le fils du propriétaire du café et l'explosion s'est produite alors qu'ils en venaient aux mains, ont indiqué les responsables de la sécurité.

«L'homme avait l'habitude de consulter des sites djihadistes et la dispute a été provoquée par la décision du propriétaire de lui interdire cette fois de regarder un tel matériel de propagande», a déclaré l'un d'eux.

Le deuxième terroriste présumé, légèrement blessé, a pris la fuite avant d'être arrêté par les services de sécurité. Il portait lui aussi une charge explosive, selon la police.

Ces deux jeunes hommes âgés entre 20 et 30 ans sont des ressortissants marocains, mais ne résident pas dans le quartier où se trouve le cybercafé, selon la préfecture. Les attentats de 2003 à Casablanca avaient fait 45 morts, dont 12 kamikazes. Ils avaient visé un hôtel, des restaurants fréquentés par des étrangers et des établissements juifs de la ville.

Multiples mesures de sécurité

Tout au long de 2006 et depuis le début de 2007, les autorités marocaines ont annoncé à plusieurs reprises le démantèlement de cellules terroristes dans le pays ou l'arrestation de «terroristes dangereux».

Dernière arrestation importante annoncée il y a trois jours, celle du Marocain Saad Houssaini, 44 ans, que la police traquait depuis 2002. Il est soupçonné de liens avec Al Qaïda et d'implication dans les attentats de Casablanca en 2003 et de Madrid en 2004.

Les services de sécurité marocains ont multiplié les mesures de sécurité dans les ports, routes et aéroports du pays depuis août 2006 après que le ministère de l'Intérieur eut annoncé le démantèlement d'une organisation terroriste dénommée Ansar El Mahdi, qui comptait des militaires dans ses rangs.

«Nous le disons officiellement, le Maroc est particulièrement visé par les milieux terroristes, c'est pour cela que des mesures de sécurité ont été renforcées ces derniers jours», a déclaré lundi Nabil Benabdellah, ministre de la Communication. Le Maroc a soutenu la guerre lancée par les Etats-Unis contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!