Actualisé 10.06.2011 à 09:01

Afghanistan

Un kamikaze vise le chef de la Police

Dans le nord de l'Afghanistan, un nouvel attentat a fait plusieurs morts et des dizaines de blessés vendredi. Le kamikaze visait le chef provincial de la Police.

Quatre policiers ont été tués et 18 personnes blessées vendredi dans un attentat suicide devant une mosquée de Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, visant le chef provincial de la police qui est indemne, selon les autorités provinciales.

«La cible était le chef provincial de la police», Samiullah Qatra, «mais il est indemne», a déclaré à l'AFP Mahboobullah Saeedi, un porte-parole de la province de Kunduz.

Le chef du service provincial de la santé, le Dr Zafar Noori, a indiqué que le principal hôpital de Kunduz avait «reçu quatre cadavres de policiers» et «18 blessés, dont quatre civils, les 14 autres étant des policiers».

Un précédent bilan, communiqué par M. Saeedi, faisait état de trois policiers tués et trois autres blessés.

Selon M. Saeedi, «le kamikaze a tenté de pénétrer dans une mosquée dans laquelle avait lieu une cérémonie de prière en mémoire du général (Mohammad) Daud Daud, mais des policiers l'ont empêché d'entrer», a-t-il ajouté.

Le général Daud Daud, chef de la police pour le nord de l'Afghanistan, a été tué dans un attentat suicide revendiqué par les talibans le 28 mai à Taloqan, capitale de la province voisine de Takhar.

Cinq personnes, dont le chef provincial de la police et deux militaires allemands avaient été tués. Le gouverneur de Takhar, Abdul Jabar Taqwa, et le commandant des forces de l'Otan pour le nord du pays, le général allemand Markus Kneip, avaient été blessés.

Le prédécesseur de M. Qatra à la tête de la police provinciale, Abdul Rahman Sayedkhaili, a été tué le 10 mars dernier, dans un attentat suicide à Kunduz, revendiqué par les talibans.

Le nord du pays: un repaire de talibans

Le 15 avril, le chef de la police pour la province de Kandahar, principale ville du sud, avait été à son tour tué dans un attentat suicide, également revendiqué par les talibans.

Relativement calme, comme le nord du pays en général, dans les années qui ont suivi la chute du régime des talibans fin 2001, la province de Kunduz est devenue ces dernières années un repaire des talibans, qui ont étendu leur influence au-delà de leurs bastions d'origine du sud et de l'est.

Le 14 mars au moins 36 personnes avaient été tuées et une quarantaine blessées dans la ville, dans un attentat suicide revendiqué par les talibans contre un centre de recrutement militaire, un des attentats les plus meurtriers depuis plusieurs mois.

Aucun porte-parole habituel des insurgés talibans n'était joignable dans l'immédiat vendredi.

Les attentats suicide et les bombes artisanales sont les armes favorites des talibans, qui combattent le gouvernement afghan et les 130.000 soldats étrangers qui le soutiennent, depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir par une coalition internationale. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!