Publié

Improbable best-sellerUn livre sur les anguilles connaît un succès mondial inattendu

«L’Évangile des anguilles» écrit par un journaliste suédois est fort d’un grand succès dans de nombreux pays. Même son auteur a du mal à l’expliquer.

«L’Évangile des anguilles» de Patrik Svensson

«L’Évangile des anguilles» de Patrik Svensson

C’était un récit sans prétention, écrit par un modeste journaliste, sur les mystères de l’anguille, espèce insaisissable de poisson aujourd’hui menacée.

Devenu un succès dans de nombreux pays, «L’Évangile des anguilles» de Patrik Svensson, reporter culturel du journal régional de Malmö (Suède), est sorti en France le 7 janvier.

Un mélange inattendu autour d’un sujet parfaitement mystérieux.

Pierre Demarty, éditeur.

«C’était un candidat improbable à un tel succès», explique sa traductrice franco-suédoise Anna Gibson. Pierre Demarty, éditeur de littérature étrangère qui a acheté les droits du livre pour les Éditions du Seuil, décrit «un mélange inattendu, autour d’un sujet parfaitement mystérieux: cet animal qu’on connaît peu. Il ouvre vers des considérations loin de ce sujet de départ. Et le récit fonctionne, avec une grande harmonie.»

Je dois avouer que ça a été une surprise

Patrik Svensson, auteur du livre à succès.

L’auteur avait la quarantaine passée, en 2017, quand il s’est lancé dans ce premier livre, qui avait longuement mûri en lui. Grand amateur d’histoire, il ne lui a fallu que six mois pour balayer vingt-trois siècles de zoologie, d’Aristote à nos jours. Un petit exploit.

Hommage à son père

Si le récit parle de ce poisson qui n’a pas très bonne réputation, il évoque également la relation entre un père prolétaire et un fils qui accède à une profession intellectuelle. «L’idée de cette histoire vient de mon enfance, de ces moments où je pêchais avec mon père, de nuit. J’en ai gardé cette fascination pour l’anguille. Et j’avais l’ambition d’écrire un livre de vulgarisation scientifique, qui évoque les traditions, les mythes autour de cet animal», se souvient l’auteur.

«C’était aussi une façon de me souvenir de mon père» emporté par un cancer en 2008. «Je suis allé assez vite pour écrire la majeure partie du livre. Je me suis discipliné car j’étais passionné par ce travail.»

Succès du bouche-à-oreille

Dès la fin de l’écriture du manuscrit, le Suédois l’a transmis à l’éditeur le plus prestigieux du pays, Albert Bonniers. Enthousiaste, celui-ci travaille longuement avec l’auteur pour peaufiner le texte. «Pour moi, ça a vraiment été un travail collectif», estime Patrick Svensson.

L’ouvrage, qui paraît en juillet 2019, fonctionne grâce au bouche-à-oreille et reçoit en novembre de la même année le prix August de l’essai, récompense littéraire la plus élevée en Suède pour un livre de ce type. «Je dois avouer que ça a été une surprise. Je croyais avoir écrit un petit livre obscur, de niche.»

Paru dans trente pays, «L’Évangile des anguilles» a également séduit les critiques du Time, qui en a fait l’un de ses cent livres à lire en 2020.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!