Bons plans - Un magasin consacré à la sexualité féminine verra le jour à Fribourg
Pexels / Sunsetoned
Publié

Bons plansUn magasin consacré à la sexualité féminine verra le jour à Fribourg

La boutique Bloom sera axée sur la santé sexuelle. Elle s’inscrit dans un mouvement qui a vu l’ouverture, à Renens, d’un pop-up spécialiste de la menstruation.

par
Camille Pagella

«Nous avons constaté une absence et une réelle demande pour ce genre de magasin dans le paysage romand.» Jeanne Morand et Cyrielle Goetschi, 27 ans, se sont lancées cette année dans la réalisation d’un projet qui leur tenait à cœur: l’ouverture d’une boutique consacrée à la santé sexuelle dans leur canton natal, Fribourg.

Des sextoys normaux

«Cela fait plus ou moins deux ans que j’y pense. Cette année, c’est la bonne. Nous avons commencé par un sondage en ligne que nous avons fait voyager dans nos cercles respectifs. Grâce à ce dernier, nous nous sommes rendu compte de la motivation qu’il pouvait y avoir autour d’un tel projet, nous avons eu plus de 400 réponses», détaille Jeanne Morand qui termine son master en sciences sociales à l’Université de Lausanne. Cyrielle, elle, est psychologue et prévoit de suivre une formation continue en santé sexuelle.

Le but d’un tel magasin? Entre écologie et féminisme, offrir à qui le veut une gamme de choix dans des produits réutilisables consacrés à la menstruation, à l’image de Ranute à Renens, mais aussi, et c’est une première, des sextoys «et pas des trucs qui font peur!» ou des ouvrages abordant la sexualité. Le crowdfunding qui permettra aux filles de louer un local et de préparer des stocks devrait être lancé dans les semaines qui viennent pour une ouverture de la boutique à l’automne.

Le magasin s’appellera Bloom (floraison en anglais). «Il était important pour nous de créer un espace bienveillant où tout le monde peut se sentir écouté. Aujourd’hui, pour acheter des sextoys, soit on va dans un sex-shop qui n’est pas forcément un endroit où l’on se sent à l’aise, soit on commande en ligne et il n’y a que très peu de conseils», explique Jeanne Morand. Le conseil, c’est la plus-value que Jeanne et Cyrielle souhaitent mettre en avant, «et que les gens puissent venir voir, sentir, toucher, ce qu’ils souhaitent acheter. En ligne, les gens achètent beaucoup à l’aveugle».

Et pour que les thèmes liés à la sexualité soient abordés sans aucun tabou, Jeanne et Cyrielle souhaitent aussi créer des ateliers avec ces questions pour thématiques. «Les choses sont en train de changer, certains tabous tombent et les jeunes sont de plus en plus ouverts d’esprit.»

Ton opinion

13 commentaires