Genève - Un «malentendu» a mis en berne le site de l’Etat de Genève
Publié

GenèveUn «malentendu» a mis en berne le site de l’Etat de Genève

Dimanche, le site ge.ch est resté inaccessible durant plusieurs heures. La cause du couac est désormais connue: il s’agissait d’une affaire d’abonnement.

par
Jérôme Faas
Dimanche, accéder au site de l’Etat a été impossible durant quelques heures. 

Dimanche, accéder au site de l’Etat a été impossible durant quelques heures.

Capture d’écran

C’est un «malentendu contractuel» entre le Canton de Genève et Infomaniak, le prestataire de service qui gère le nom de domaine de l’Etat, ge.ch, qui a provoqué le couac informatique survenu dimanche: le site était resté inaccessible entre 10h30 et 15h30. La Chancellerie avait très rapidement annoncé que le problème provenait du nom de domaine. Ce mercredi, la porte-parole du Département des infrastructures, Karen Troll, a précisé les causes exactes de cette perturbation, liée à un renouvellement d’abonnement.

L’abonnement du nom de domaine avait bien été payé pour l’année en cours, explique-t-elle. En juin, l’Etat a procédé à une demande de renouvellement pour l’année prochaine. «Le fait d’avoir anticipé ce renouvellement en dehors de la procédure habituelle a enclenché de manière fortuite un processus automatisé» qui a brièvement empêché d’accéder au site ge.ch.

Le problème ne pourra plus se reproduire

Une correction a très vite été effectuée afin de rétablir la situation. Puis, «d’entente avec notre prestataire, nous avons saisi cette occasion pour optimiser nos processus de part et d’autre, de sorte à écarter le risque que de nouvelles perturbations de cet ordre se produisent dans le futur», indique Karen Troll. Le porte-parole d’Infomaniak, Thomas Jakobsen, confirme que «la certitude, c’est qu’un tel problème ne pourra plus se reproduire, ni avec l’Etat, ni avec aucune collectivité publique. Le nécessaire a été fait.»

Les deux communicants ont par ailleurs répété que l’intégrité des données détenues par l’Etat n’a jamais été menacée et que leur sécurité a en tout temps été garantie. Le site dédié aux inscriptions à la vaccination n’a, lui, pas été touché.

Ton opinion

13 commentaires