Egalité salariale : Un mécanisme de contrôle dans la loi

Actualisé

Egalité salariale Un mécanisme de contrôle dans la loi

Par 87 voix contre 77 et 11 abstentions, le Conseil national a accepté lundi une motion PDC en ce sens, contre l'avis du gouvernement.

Près de 30 ans après l'entrée en vigueur de la disposition constitutionnelle sur l'égalité, les femmes gagnent encore 17% de moins dans le secteur public et 24% de moins dans le privé, a rappelé Lucrezia Meier-Schatz (PDC/SG). Cette discrimination est «inacceptable» et à long terme, les femmes sont désavantagées en matière de rente AVS ou de 2e pilier.

Le «Dialogue sur l'égalité des salaires», système facultatif lancé en 2009 pour corriger les discriminations salariales entre hommes et femmes, n'est pas un succès, a-t-elle déploré. Le gouvernement doit donc examiner des mesures concrètes et inscrire dans la loi des mécanismes de contrôle des salaires, des écarts salariaux et des discriminations analogues à ceux prévus par d'autres lois, notamment celle sur le travail au noir.

«Je comprends votre impatience, mais nous voulons laisser sa chance au dialogue sur l'égalité des salaires», même si ses résultats ne sont «pas très satisfaisants», a répondu Simonetta Sommaruga. L'objectif que cent entreprises adhèrent à ce système d'ici 2014 est loin d'être atteint, puisqu'elles ne sont que 28, a reconnu la ministre de la justice.

Si cette action conjointe des partenaires sociaux sur une base volontaire ne donne pas les résultats espérés dans le courant de l'année prochaine, le Conseil fédéral envisagera la mise en place d'instruments étatiques supplémentaires, a assuré Simonetta Sommaruga. En vain. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. (ats)

Ton opinion