Santé: Un mécanisme génétique serait à l'origine du cancer de la prostate
Actualisé

SantéUn mécanisme génétique serait à l'origine du cancer de la prostate

Une équipe de chercheurs a découvert qu'une variation génétique courante serait à l'origine du développement du cancer de la prostate.

Le gène incriminé est déjà connu pour jouer un rôle dans le fonctionnement de cette glande, selon des travaux parus lundi.

Des études précédentes avaient déjà identifié des régions dans le génome liées à un risque de cancer de la prostate. Mais ces travaux vont plus loin en expliquant le mécanisme biologique qui fait que le risque est plus élevé chez certains individus que chez d'autres, soulignent ces chercheurs dont la communication a été publiée dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS).

Deux récentes études indépendantes sur le génome avaient identifié une variation génétique située dans la région du chromosome 10 qui joue un rôle dans l'expression du gène MSMB. Ce gène produit une protéine qui est un anti-tumeur et un marqueur potentiel du cancer de la prostate. Ces travaux ont montré que cette protéine diminue progressivement quand le cancer de la prostate se développe.

Les auteurs de cette nouvelle étude ont examiné comment cette simple variation génétique serait liée au fonctionnement du gène MSMB et au développement du cancer. En comparant des échantillons de sang de 6118 sujets atteints d'un cancer de la prostate et 6105 autres hommes sains, ils ont décelé une relation très forte entre la variation du gène MSMB et le développement du cancer.

Les chercheurs ont ensuite examiné comment les deux variations les plus courantes dites T et C, affectaient le fonctionnement du gène MSMB. Ces chercheurs ont découvert que la variation T - la plus fréquente chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate - était aussi liée à une moindre activité du gène MSMB.

Les auteurs de l'étude ont également découvert qu'il n'y avait aucune autre variation génétique dans la région du gène MSMB sur le chromosome qui semble jouer un rôle dans l'expression de ce gène.

«La différence observée entre les variations C et T explique en grande partie la différence de risque de développer un cancer de la prostate», conclut le Dr Meredith Yeager, du service d'épidémiologie du cancer et de génétique de l'Institut national du cancer (NCI).

«Toutefois plus de recherche est nécessaire pour dire que la variation génétique T est la cause directe du cancer de la prostate et pour déterminer si d'autres variations pourraient aussi jouer un rôle», a-t-il dit.

La cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes après celui de la peau et la seconde cause de mortalité masculine par cancer aux Etats-Unis.

(ats)

Ton opinion