Un médiateur pour résoudre le conflit de la construction
Actualisé

Un médiateur pour résoudre le conflit de la construction

Jean-Luc Nordmann, ancien chef de la Direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), assurera une médiation dans le conflit contractuel du secteur principal de la construction.

Patrons et syndicats y ont donné leur feu vert lundi.

Les syndicats Unia et Syna d'une part, la Société suisse des entrepreneurs (SSE) d'autre part, se sont entendus sur la désignation de M. Nordmann pour cette médiation visant à conclure une nouvelle Convention collective de travail nationale (CN) pour la branche, a indiqué à l'ATS Daniel Lehmann, directeur de la SSE.

«M. Nordmann a été choisi sur proposition de la conseillère fédérale Doris Leuthard», qui dirige le Département fédéral de l'économie (DFE), a précisé M. Lehmann. «Il connaît le contexte, et représente de ce fait un choix absolument valable» a-t-il ajouté.

Mesures de lutte suspendues

Il appartient maintenant aux parties de présenter leurs revendications au médiateur, a encore expliqué M. Lehmann. Selon lui, l'accord passé lundi implique le retour à une paix du travail absolue, en l'occurrence notamment pour les syndicats de renoncer à toute mesure de lutte. Le temps que prendra la médiation ne peut encore être déterminé.

Dans un communiqué commun, les syndicats Unia et Syna se sont déclarés d'accord avec la médiation convenue et disent approuver le choix de M. Normann pour la conduire. Ils disent vouloir une solution rapide au conflit, tout en continuant d'accuser la SSE d'avoir fait obstacle à une négociation directe entre les parties.

Les syndicats ont par ailleurs décidé de suspendre jusqu'à fin novembre les nouvelles mesures de lutte qu'ils avaient planifiées pour faire pression sur la SSE, en particulier les mouvements de grève, pour autant que l'organisation faîtière et ses entreprises affiliées renoncent à toutes représailles contre les employés et les syndicats.

Fin septembre, la convention collective de travail en vigueur dans le secteur principal de la construction était arrivée à échéance et n'a pas été reconduite depuis, faute d'entente entre patrons et syndicats. Cette CN règle les rapports de travail entre employés et employeurs de quelque 80 000 personnes en Suisse.

(ats)

Ton opinion