Castrateur chimique réversible: Un médoc suisse pourra castrer les pédophiles

Actualisé

Castrateur chimique réversibleUn médoc suisse pourra castrer les pédophiles

Swissmedic donne son feu vert pour commercialiser un castrateur chimique développé à Lausanne.

par
Renaud Bournoud

«Il s'agit d'un produit un peu délicat en raison de sa dimension sociétale», lâche pudiquement Maurice Wagner, responsable de la communication de Debiopharm. Cette société de biopharmaceutique, basée à Lausanne, a reçu mardi l'autorisation de Swissmedic pour commercialiser son castrateur chimique réversible.

Le Moapar fait baisser le taux de testostérone au niveau de la castration chez l'homme adulte souffrant de déviances sexuelles. «Il a été homologué pour cette indication bien précise», souligne Maurice Wagner.

«Les produits employés actuellement sont moins spécifiques, confirme le psychocriminologue Philippe Jaffé. On les utilise aussi pour la prostate ou pour lutter contre la chute de cheveux, par exemple.»

Ne s'administrant que tous les trois mois par injection, ce nouveau castrateur allégera le traitement du patient. Mais ils seront peu à y recourir en Suisse romande. «Quelques dizaines de personnes à peine», chiffre Philippe Jaffé. Ce type de produit s'adresse principalement à des volontaires ayant des tendances pédophiles. «La castration chimique est un appoint à un traitement plus général, mais ce n'est pas la panacée», prévient le psychocriminologue.

Debiopharm a déjà obtenu l'autorisation de commercialiser ce médicament dans neuf pays européens, dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Benelux et les pays scandinaves.

Ton opinion