26.08.2020 à 22:29

SuisseUn membre d’un réseau mondial de cybercriminalité arrêté à Genève

Les polices de 19 pays ont fait main basse sur les serveurs informatiques d’une organisation criminelle qui diffusait illégalement films et émissions de télé avant leur sortie. Un Portugais de 38 ans a été appréhendé en Suisse.

Polices vaudoise, allemande, coréenne, lettonne, portugaise, espagnole et suédoise.

Une vaste opération coordonnée contre une organisation criminelle mondiale a été menée mardi dans 19 pays, dont la Suisse et plusieurs arrestations sont intervenues. Répondant à une demande d’entraide judiciaire émanant des États-Unis, l’Office fédéral de la Justice a délégué cette affaire de piratage informatique au Ministère public central à Renens (VD). Le serveur incriminé se trouvant sur territoire vaudois, c’est la police de sûreté de ce canton qui a été mandatée pour enquêter.

Grâce à un subterfuge, ces cybercriminels mettaient la main sur des copies légales de films, d’émissions de télé, ou autres et parvenaient à craquer les dispositifs de protection de droits d’auteur. Ils réalisaient ainsi des copies illégales de ces contenus et les distribuaient en streaming, en peer-to-peer ou par le biais d’autres canaux, souvent avant leur sortie officielle dans le commerce. Cette activité, qui durait depuis 2011, a causé des pertes colossales, notamment à l’industrie du cinéma. Dans un communiqué, la justice américaine parle d’un préjudice qui se chiffre en dizaines de millions de dollars.

Trois arrestations, un suspect dans la nature

L’opération de mardi a permis de mener des perquisitions qui ont conduit à la destruction d’environ 60 serveurs, aux États-Unis, en Europe et en Asie. Par ailleurs, plusieurs membres de cette organisation, baptisée Sparks Group, ont été arrêtés. L’un d’eux est un Portugais de 38 ans domicilié dans le canton de Genève. Une enquête a été ouverte pour déterminer l’implication de ce suspect dans cette organisation criminelle et l’ampleur du partage de contenus protégés par la loi sur le droit d’auteur, a communiqué mercredi la police cantonale vaudoise.

Un autre suspect a été arrêté à Chypre et un autre aux États-Unis. Selon le communiqué de la justice américaine, un troisième pirate serait toujours dans la nature.

Impliquées aux côtés de la justice américaine, les organismes Europol et Eurojust se sont réjouis de la réussite de cette collaboration. «Cette affaire est un excellent exemple de ce qui peut être réalisé si nous travaillons ensemble au-delà des frontières et des continents», a commenté le président d’Eurojust, Ladislav Hamran, dans un communiqué.

(jfz)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
115 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Bad Rabbit

27.08.2020 à 16:34

Avec ces vieux disques durs de 30 à 60 gigaoctets, les pauvres pirates n'ont pu télécharger que très peu de musique d'ambiance ou le fado d'Amália Rodrigues dans la vieille ville de Lisbonne, où le tram 18 "electrico dezóito" balance pas mal.

Lopet de Vegas

27.08.2020 à 15:56

Les mêmes qui demandes des peines exemplaires pour les petits incivilités et les personnes en situation illégales, attendent que la justice les lâchent quand ils pirates les biens culturelles d'autres personnes. Un classique....

ha bain bravo

27.08.2020 à 14:20

pour attraper des gas qui télécharge des filmes et des series la on mets des moyens!! attention une industrie qui se fait au bas mots des milliards en bénéfice c est plus important a protéger que Nos enfants ... les pédophile eux se la coule douce comme d'ab . bon je dis pas ils en attrapent toujours un de temp pour fair voir que oui ils sont dessus. sauf que ceux qui ce font avoir équivaut a un glaçon sur un iceberg ... et dans 90% des cas les gas prennent rien quand ils sont pas deja récidiviste ... aujourd hui ils ce cachent même plus pire ils gouvernent je vous invite a vous renseigner . c'est d une ampleur dont vous n'avez pas idée . faite votre devoir sa nous concernent tous !