Football - Un migrant activiste disparaît au Qatar
Publié

FootballUn migrant activiste disparaît au Qatar

Malcolm Bidali, agent de sécurité kényan, tenait un blog sur les conditions de vie des travailleurs migrants au Qatar. Il a été arrêté par les services secrets.

par
Thibaud Oberli
Des ouvriers lors de la construction du stade Lausail, au Qatar, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale Doha, le 20 décembre 2019.

Des ouvriers lors de la construction du stade Lausail, au Qatar, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale Doha, le 20 décembre 2019.

AFP

Cinq associations (Migrant-Rights.org, FairSquare, Amnesty International, Human Rights Watch and Business & Human Rights Resource Centre) ont tiré la sonnette d’alarme. Selon elles, Malcolm Bidali qui tenait un blog sur les conditions des travailleurs migrants en parallèle de son activité d’agent de sécurité, a été arrêté par les services de sécurité qatariens. Son arrestation a eu lieu le 5 mai dernier et il est détenu dans un lieu tenu secret.

Malcolm Bidali travaille depuis 2016 dans l’émirat. Sous le pseudonyme «Noah», il alimentait un blog qui traitait des conditions de travail et vie des migrants. Dortoirs surpeuplés, passeports confisqués, manque d’intimité ou encore tentatives manquées d’obtenir un meilleur traitement, il décrivait de l’intérieur l’enfer des chantiers des stades de la Coupe du monde, où plus 6500 personnes ont déjà perdu la vie.

Menaces de boycott

Une voix qui gêne les autorités qatariennes, qui font face à une menace de boycott de la compétition à cause de leur traitement des travailleurs migrants. Une semaine avant son arrestation, il avait échangé des propos avec un grand nombre d’organisations civiles et de syndicats sur son expérience.

Les associations se sont dites «extrêmement préoccupées», et font pression pour que le lieu de détention de Malcolm Bidali soit connu. «Si Malcolm est détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, il doit être libéré immédiatement et sans conditions», argumentaient les associations.

Répondant à une interpellation du «Guardian», les autorités qatariennes ont avoué l’arrestation à demi-mot. Elles ont confirmé l’arrestation et la détention d’un ressortissant kényan le 5 mai. L’homme aurait «enfreint la loi et les règles de sécurité du Qatar». Ils ont aussi nié toute maltraitance: «L’individu conserve tous ses droits en vertu de la loi. Toutes les procédures de l’enquête sont conformes.»

Ton opinion

16 commentaires