Actualisé 29.02.2012 à 15:26

Egypte

Un militant islamiste arrêté à l'aéroport du Caire

Les autorités égyptiennes ont arrêté mercredi à l'aéroport du Caire un militant islamiste égyptien recherché, initialement pris pour un haut responsable d'al-Qaida.

Un homme arrêté mercredi à l'aéroport du Caire, suspecté d'être un haut responsable d'Al-Qaïda, s'est révélé être un militant islamiste égyptien recherché, qui se dit aujourd'hui rangé et victime d'une confusion sur son nom de la part des services de renseignements.

Les services de sécurité égyptiens ont initialement annoncé l'arrestation, en provenance du Pakistan via Dubaï, de Seïf al-Adel, un Egyptien qui aurait brièvement succédé au chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden en mai 2011, après la mort de ce dernier, tué par un commando américain au Pakistan.

Cette capture supposée d'un cadre important du réseau a été immédiatement confirmée par la télévision d'Etat et l'agence officielle Mena.

Confusion de nom

Des journalistes présents à l'aéroport ont toutefois entendu cet homme plaider pour une confusion patronymique, Seïf al-Adel étant aussi parfois identifié comme Muhamad Makkawi, le nom porté par la personne arrêtée.

Quelques instants plus tard, la sécurité égyptienne reconnaissait une erreur. L'homme arrêté «est recherché en raison de ses liens avec le groupe (égyptien) Al-Jihad. Il ne s'agit pas de Seïf al-Adel», a admis une source au sein de ces services.

Muhamad Makkawi figure comme un nom possible pour Seïf al-Adel sur la liste des personnes les plus activement recherchées par le FBI américain, en raison sa participation présumée aux attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es Salaam en 1998. Une récompense de cinq millions de dollars est offerte pour son arrestation.

Mais un expert qui a été en contact avec M. Makkawi assure que ce dernier dément depuis longtemps être Seïf al-Adel, un compatriote aussi connu sous le nom de Mohammed Zeidan.

«Sur le site du FBI, on a la photo de Zeidan, mais la biographie de Makkawi», affirme Omar Achour, professeur à l'Université d'Exeter, en Grande-Bretagne.

Expert contacté

M. Achour, un spécialiste du sujet, a ajouté avoir été contacté par M. Makkawi, pour l'aider à clarifier la situation. «Il s'adresse à tout le monde pour dire je ne suis pas cette personne . Il s'est même adressé au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon», a-t-il déclaré.

Outre leur nationalité égyptienne commune, la confusion est facilitée par le fait qu'ils ont tous deux servi dans l'armée égyptienne et sont originaires du delta du Nil, a-t-il ajouté.

M. Makkawi a également donné en mai 2011 un entretien au journal pan-arabe Asharq Al-Awsat, pour expliquer qu'il y avait erreur sur la personne.

Après les attentats du 11 septembre 2001, «j'ai été surpris de voir mon nom et mon histoire figurer sous la photo d'un autre Egyptien, sous le nom erroné de Seïf al-Adel , sur une liste de 22 terroristes recherchés par le FBI, alors que je n'ai aucun lien avec Al-Qaïda et ses opérations», a-t-il affirmé.

Recherché

Il a en revanche reconnu être recherché en Egypte pour son engagement avec le groupe radical Al-Jihad, un mouvement qui a renoncé à la violence à la fin des années 90.

Il a également quitté l'Egypte pour se rendre en Afghanistan pour se battre contre les Soviétiques dans les années 80, avant de s'installer au Pakistan.

Seïf al-Adel quant à lui est un ancien membre des forces spéciales égyptiennes, qui aurait été choisi, une semaine après la mort d'Oussama Ben Laden le 2 mai 2011, pour succéder au chef d'Al-Qaïda.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!