Actualisé 22.01.2014 à 07:59

Etats-UnisUn milliard de dollars au meilleur pronostiqueur

Le tournoi de basket universitaire débouche souvent sur des résultats inattendus. Trouver les équipes qui atteindront les derniers tours est un vrai casse-tête. Récompensé d'un lot exceptionnel.

Warren Buffett (ici à droite, en mai 2013, avec Chris Franklin, des Harlem Globetrotter), est un amateur de basket.

Warren Buffett (ici à droite, en mai 2013, avec Chris Franklin, des Harlem Globetrotter), est un amateur de basket.

Le richissime Warren Buffett s'est associé à un gros assureur pour proposer un chèque de taille à celui qui trouvera le tableau des phases finales du championnat de basket universitaire: 25 millions de dollars annuels pendant quarante ans. Le géant des assurances Quicken Loans Inc. a assuré que l'argent serait versé au parieur qui parviendrait à remplir sans aucune erreur le tableau des phases finales du tournoi de basket universitaire messieurs 2014.

La tâche n'est cependant guère aisée puisque ce tournoi à élimination directe rassemble pas moins de 64 équipes et que le passé a montré que les surprises dans cette compétition ne sont pas rares.

Ce tournoi, particulièrement suivi aux Etats-Unis, atteint son paroxysme lors des derniers tours, disputés durant la «March Madness» («Folie du mois de mars»). Le tournoi final se disputera cette année du 18 mars au 7 avril. Ce concours de pronostics est ouvert aux 10 premiers millions de joueurs inscrits.

Les éventuels gagnants pourront choisir de toucher le pactole sur 40 annuités de 25 millions de dollars, ou de toucher le gros lot en une seule fois. Celui-ci ne sera alors «que» de 500 millions de dollars.

Malgré tout Jeffrey Bergen, un professeur de mathématiques à l'Université DePaul de Chicago, tient à refroidir les optimistes: celui-ci a indiqué au «New York Times» qu'il n'y aurait sans doute aucun gagnant. Les chances de trouver les vainqueurs de tous les matches, a-t-il calculé, sont de 1 sur 9 trillions, soit le chiffre 9 suivi de dix-huit zéros. «Je ne pense pas qu'on doit s'en faire pour Warren Buffett», a conclu Jeffrey Bergen. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!