Actualisé 27.07.2011 à 21:04

Fusillade en NorvègeUn milliardaire veut faire renaître Utoeya

Un milliardaire norvégien veut que l'île d'Utoeya redevienne un paradis après le carnage de vendredi.

«Aujourd'hui, Utoeya est un symbole d'une nation en deuil, mais je veux qu'un jour elle soit de nouveau associée à la joie, l'unité et l'optimisme», a déclaré à l'AFP le riche homme d'affaires Petter Stordalen, qui a bâti sa fortune dans l'hôtellerie.

Mardi, M. Stordalen a puisé dans sa fortune, estimée à plus d'un milliard d'euros, 5 millions de couronnes norvégiennes (environ 690'000 francs) dont il a fait don au mouvement de la jeunesse travailliste pour reconstruire Utoeya et pour effacer les traces de la tuerie avouée par Anders Behring Breivik.

Le montant de la levée de fonds qu'il a lancée a déjà atteint les 8 millions de couronnes, et l'artiste irlandais Chris de Burgh s'est dit prêt à donner des concerts pour arrondir la somme.

«Je m'attends à dépasser les 10 millions (de couronnes) d'ici la fin de la semaine prochaine», a déclaré le milliardaire, un des dix hommes les plus riches de Norvège.

«J'ai reçu des coups de téléphone et des contributions des Etats-Unis, du Royaume-Uni et d'ailleurs - avec des promesses de dons et d'autres types de soutien», a-t-il expliqué.

Située à 40 kilomètres au nord-ouest d'Oslo, Utoeya, «île-paradis» de dix hectares, propriété des jeunes travaillistes norvégiens de l'AUF depuis 1950, a été pendant plus d'une heure et quart vendredi le théâtre d'un carnage qui a fait 68 morts.

«C'est une question de démocratie, et sans engagement de jeunes Européens en politique, il n'y a pas de démocratie», a souligné M. Stordalen.

«Cela m'est égal que le parti ait été de droite ou de gauche, j'aurais fait la même chose pour n'importe quel parti européen», a-t-il dit.

Dès le lendemain de la fusillade, le chef de l'AUF Eskil Andersen, lui-même un rescapé d'Utoeya, avait annoncé que son mouvement allait se «réapproprier» l'île.

L'objectif est que cela soit possible dès cette année, «avant les premières neiges en Norvège», et que les jeunes puissent revenir «sans peur», a expliqué M. Stordalen mercredi.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!