Agression homophobe à Rome: Un millier de personnes manifestent
Actualisé

Agression homophobe à RomeUn millier de personnes manifestent

Un millier de personnes ont manifesté mercredi soir dans une rue du centre de Rome fréquentée par les gays où avait eu lieu la veille une agression homophobe, dernier épisode d'une série d'attaques visant des homosexuels à travers le pays.

Mardi soir, l'explosion de deux gros pétards devant un bar gay de la rue San Giovanni in Laterano, en face du Colisée, avait fait un blessé léger et des dégâts matériels, un acte dénoncé par Arcigay, principale association italienne de défense des droits des homosexuels, qui a immédiatement appelé à manifester.

Le maire de Rome Gianni Alemanno (droite) a aussi vivement condamné cet acte: «Malheureusement dans une ville de 2,8 millions d'habitants, il y a des minorités et des groupes de scélérats, qu'il faut identifier et isoler», a-t-il réagi depuis Lourdes (France), où il était en pèlerinage.

Son adjoint à la sécurité, Giorgio Ciardi, a proposé d'installer des caméras de télésurveillance et d'instaurer des patrouilles de police plus fréquentes dans le quartier gay.

«Nous ne voulons pas seulement des mesures en matière de sécurité, mais aussi un changement au niveau des lois», notamment la loi Marino, qui réprime les discriminations raciales et religieuses mais pas celles fondées sur l'orientation sexuelle, a déclaré à l'AFP Fabrizio Marrazzo, président de l'Arcigay Roma.

«Une ville normale est une ville où deux personnes qui s'aiment peuvent manifester publiquement leur affection aussi bien dans les banlieues que dans le centre de Rome, et pas seulement dans quelques zones protégées», a renchéri Vladimir Luxuria, un travesti ex-député de Refondation communiste et icône de la communauté gay italienne qui participait à la manifestation.

«Il s'agit d'un acte de violence qui exige une mobilisation de toutes les forces politiques au-delà des clivages», a-t-il dit à l'AFP.

Dans un communiqué du 31 août, Arcigay avait dénoncé la hausse des actes d'homophobie en Italie, citant entre autres le cas d'un couple de touristes gay tabassés par une trentaine d'agresseurs le 26 août dans le centre de Naples.

Arcigay rapportait également l'exemple plus ordinaire d'un commerçant des Pouilles (sud) qui avait insulté et menacé des clients homosexuels.

(afp)

Ton opinion