Un million de francs pour les malades de l'amiante
Actualisé

Un million de francs pour les malades de l'amiante

La société Eternit crée une fondation pour soutenir financièrement les employés ayant contracté une maladie de l'amiante dans les usines de Niederurnen (GL) et de Payerne (VD).

Elle a débloqué 1,25 million de francs à cet effet. Jusqu'ici environ 70 collaborateurs d'Eternit sont décédés des suites d'une maladie professionnelle due à l'amiante.

«Nous sommes consternés que l'utilisation de l'amiante à l'époque dans les usines d'Eternit ait pu rendre malades des individus et entraîner la mort», a déclaré mardi Anders Holte, patron d'Eternit et président du Conseil de la fondation. Eternit n'a jamais contesté ce passé, selon lui.

L'entreprise ne peut exclure que certains de ses collaborateurs ne développent un jour un mésothéliome (tumeur maligne touchant notamment la plèvre) ou un cancer des poumons. Il peut s'écouler jusqu'à 40 ans entre l'exposition à l'amiante et l'apparition de la maladie.

Il existe encore des cas d'extrême gravité où des individus sérieusement atteints par la maladie rencontrent de surcroît d'importantes difficultés financières. Créée le 14 septembre dernier, la «Stiftung Eternit-Werke Schweiz» leur versera des allocations volontaires.

Ces allocations pourront être perçues par les collaborateurs des deux usines suisses, atteints d'une maladie de l'amiante, mais également par leurs proches parents survivants. Mais la fondation peut également verser de l'argent à des personnes qui n'ont jamais travaillé dans une usine d'Eternit, si leur maladie présente un rapport objectif avec les sites et les usines.

L'idée d'une fondation qui interviendrait à l'échelle suisse pour aider les malades de l'amiante avait déjà été évoquée en 2005. En Suisse, le dossier de l'amiante dépasse le cadre d'Eternit. A la fin de l'année 2004, la SUVA avait reconnu au niveau national 848 cas de mésothéliome et 58 cas de cancer des poumons dus à l'amiante, soit plus de 900 cas au total.

La SUVA estime que 50 à 70 individus décéderont chaque année d'une maladie professionnelle due à l'amiante, un mésothéliome dans la plupart des cas. (ap)

Ton opinion