Nyon (VD): Un millionnaire lègue sa fortune à la SPA
Actualisé

Nyon (VD)Un millionnaire lègue sa fortune à la SPA

Neuf sections romandes de la société protectrice des animaux (SPA) ont touché le jackpot! Elles ont été choisies comme légataires par un Nyonnais, décédé en 2009. Chacune devrait toucher plus d'un million de francs.

par
Grégoire Corthay
L'argent servira à aider neuf refuges qui viennent en aide aux animaux abandonnés, en particulier les chiens..

L'argent servira à aider neuf refuges qui viennent en aide aux animaux abandonnés, en particulier les chiens..

photo: Keystone

«Nous venons d'hériter d'un fabuleux montant d'un monsieur, mort l'an passé, et qui vivait tout seul avec son chien. Je n'ai jamais entendu parler de lui avant. Je ne le connais pas du tout...», explique Jean-Jacques Evard, le président de la Société protectrice des animaux (SPA) de La Chaux-de-Fonds, interrogé par «L'Impartial» qui a révéle cette information.

Jean-Jacques Evrard précise que la SPA de La Chaux-de-Fonds a déjà reçu 500'000 francs qui «sont sur un compte en banque». Un deuxième montant de la même importance devrait être versé bientôt «pour des raisons fiscales», précise-t-il.

Un homme fâché avec son père

Le mystérieux donateur était quelqu'un de «très particulier». Un homme complètement désocialisé qui avait reporté toute son affection sur son chien, autour duquel sa vie tournait, rapporte un proche qui s'est confié au quotidien chaux-de-fonnier.

Le généreux ami des animaux est mort le 4 octobre 2009, seul, chez lui, d'une crise cardiaque. Il avait 65 ans. Son inséparable compagnon à quatre pattes, «un petit corniaud», était resté des jours près de sa dépouille. Il l'avait adopté, il y a trois ans à la SPA de Nyon. Le chien y a d'ailleurs été replacé après son décès et n'a été réadopté que récemment par une nouvelle famille.

Le fils du roi des tapis perses

C'était une personne qui a été très blessée par son père. Son paternel l'avait fait envoyer en prison pour le punir de bêtises de jeunesse et l'avait aussi déshérité. Mais un de ses frères avait fini par convaincre leur père de l'inscrire à nouveau sur son testament, a précisé un proche à «L'Impartial».

Le legs record que sa section a touché provient d'Eric Moradpour précise Samuel Debrot, président de la Société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA). Son père était Soleyman Moradpour, une personnalité genevoise décédée au printemps 1998, à 92 ans. Ce commerçant avait fondé la galerie de tapis Persia, un magasin qui proposaient des produits haut de gamme sur 1000m2, répartis sur trois étages à la place Neuve, à Genève.

Père de cinq enfants, Soleyman Moradpour était un proche du shah Reza, à Téhéran. Il avait une fortune colossale. Il possédait un chalet à Gstaad (BE) et une très belle propriété dans le quartier genevois de Florissant. Il avait aussi réuni d'impressionnantes collections d'oeuvres d'art, reflétant notamment son goût pour la Perse.

Un don total de plus de 9 millions de francs

Mal à l'aise avec cet héritage provenant d'un père qu'il n'appréciait pas, Eric Moradpour avait décidé, en octobre 1999, de coucher sur testament qu'une fois mort, son héritage serait légué «en parts égales» à neuf SPA en Suisse romande. A sa mort, sa fortune s'élevait «à légèrement plus de neuf millions de francs».

Au final, ce sont neuf sections de la SPA en Suisse romande qui ont été choisies comme légataires: celles de La Chaux-de-Fonds, de Neuchâtel et environs, du Jura, de Fribourg, de Monthey et environs, du Haut-Léman, de La Côte, de Genève et enfin la Société vaudoise de protection des animaux (SVPA).

Contacté par «20 minutes», Jean-Paul Dubois, le notaire en charge du dossier, n'a pas souhaité donner de précisions sur les motivations de son client et les détails du testament. «C'est juste une affaire de famille et la protection de la personnalité reste valable même après la mort» précise-t-il.

«Ce legs est vraiment exceptionnel!»

Contacté par «20 minutes», Samuel Debrot, président de la Société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA), confirme que sa section a touché sa part de l'héritage.

«On a été avisé au début de l'année par un notaire. Nous avons reçu 500'000 francs le 3 juin. On nous a averti qu'un deuxième montant allait être versé prochainement, confirme-t-il. Cela nous a très surpris et fait plaisir! Nous sommes très reconnaissant à cette personne que nous ne connaissions pas du tout. Je crois savoir qu'en c'était quelqu'un qui se privait beaucoup et qui était végétarien».

«Il s'agit évidemment d'une somme exceptionnelle! Nos dons habituels vont de quelques centimes versés par des enfants dans des crousilles à 1000 francs pour un gros don» précise Samuel Debrot.

A quoi servira cette manne financière? «Elle sera mise dans nos réserves et pourra être utilisée pour des opérations spéciales. Cette somme va aussi nous permettre d'alléger certaines de nos charges financières actuelles. Elle pourra notamment alimenter notre fond d'aide aux gens démunis qui ne parviennent pas à payer leurs factures vétérinaires. On pourra aussi soutenir davantage notre projet PAM (prévention des accidents par morsures de chiens) dans les écoles (130 à 150 classes visitées par année)».

Ton opinion