Suisse: Un mineur sur cinq peut toujours se procurer de l’alcool

Publié

SuisseUn mineur sur cinq peut toujours se procurer de l’alcool

L’alcool reste très facilement disponible pour les jeunes, selon Addiction Suisse. Dans près de 20% des cas, ils ont pu s’en procurer sans contrôle.

Les mineurs parviennent toujours à se procurer de l'alcool illégalement en Suisse (image d'illustration).

Les mineurs parviennent toujours à se procurer de l'alcool illégalement en Suisse (image d'illustration).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Des boissons alcoolisées sont remises à des mineurs dans près de 20% des cas l’an dernier. Cela représente une baisse de 10 points de pourcentage par rapport à 2016, indique mercredi Addiction Suisse. De nombreux progrès restent toutefois à faire.

Dans 81,7% des cas, le personnel de vente ou de service a procédé à un contrôle de l’âge, soit de vive voix, soit en procédant à un contrôle d’identité. Les garçons qui effectuaient les achats en groupe ont été contrôlés plus souvent que les groupes de filles. Les filles qui faisaient leurs achats seules ont par ailleurs obtenu plus souvent de l’alcool que les garçons, relève Addiction Suisse.

L’organisation relève des différences entre les types de points de vente. Les stations-service affichent le meilleur résultat, avec un peu plus de 10% de ventes illégales. Viennent ensuite les cafés, les restaurants, les chaînes de magasins et les grands distributeurs (environ 20%). Le taux d’infractions est plus élevé dans les fêtes et manifestations ainsi que dans les bars et les pubs (plus de 30%).

Soutien au personnel de vente

«Malgré le recul observé, le nombre de ventes illégales reste très élevé», déplore Addiction Suisse, qui réclame un meilleur soutien pour le personnel de vente. L’organisation avait relevé l’an dernier que les ventes adviennent lorsque le personnel est sous pression ou par peur de perdre la clientèle au profit des concurrents.

Elle demande l’instauration de formations à l’échelle nationale pour apprendre à gérer ce genre de situations, mais également l’introduction de «dispositifs techniques qui ont fait leurs preuves dans d’autres secteurs», estime Addiction Suisse.

Parmi les moyens cités figurent des lecteurs de carte d’identité indiquant instantanément si la personne peut acheter de l’alcool ou la remise de bracelets de différentes couleurs en fonction de l’âge.

Responsabilité des entreprises

Au-delà de ces mesures, Addiction Suisse estime que la responsabilité des ventes illégales d’alcool ne doit pas être attribuée uniquement au personnel de vente. Il convient d’inscrire dans la loi sur l’alcool la coresponsabilité de l’entreprise. Des discussions dans ce sens s’engageront bientôt au Parlement.

Addiction Suisse a effectué 6534 achats-tests réalisés l’an dernier sur mandat de l’Administration fédérale des douanes (AFD). Les données ont été mises à disposition par 21 organisations – communes, services cantonaux, entreprises, associations ou organismes spécialisés – pour l’évaluation.

(ATS/NXP)

Ton opinion