Publié

Royaume-UniUn ministre traite les patrons de «paresseux»

Pour Liam Fox, les entrepreneurs britanniques actuels restent «assis sur les succès des générations précédentes».

Le ministre a appelé les sociétés à «cesser de voir l'exportation comme une opportunité, et commencer à l'envisager comme un devoir».

Le ministre a appelé les sociétés à «cesser de voir l'exportation comme une opportunité, et commencer à l'envisager comme un devoir».

photo: Kein Anbieter

Le ministre britannique au Commerce international, Liam Fox, au premier rang dans la mise en oeuvre du Brexit, suscitait les critiques samedi pour avoir accusé les chefs d'entreprise de baigner dans la culture de la «paresse» et de préférer le golf à leur devoir.

Alors que la polémique enflait au Royaume-Uni, Downing Street a pris ses distances avec les propos du ministre, une source gouvernementale citée par l'agence Press Association soulignant que Liam Fox avait exprimé une «opinion personnelle».

«Trop difficile de contribuer à la prospérité»

De son côté, l'opposition travailliste n'a pas manqué l'occasion de dénoncer «la dernière gaffe en date» du gouvernement de Theresa May. «C'est symptomatique de l'approche chaotique des conservateurs sur le Brexit», a déclaré Jonathan Ashworth, un responsable du Labour.

Liam Fox a estimé jeudi, devant des conservateurs, que le Royaume-Uni n'était «plus la nation de libre-échange qu'il était autrefois. Nous sommes devenus trop paresseux, trop grassement assis sur les succès des générations précédentes», a-t-il affirmé, selon des propos rapportés samedi par le «Times».

Le ministre a fustigé les chefs d'entreprises «qui pourraient contribuer à notre prospérité nationale mais qui choisissent de ne pas le faire parce que c'est trop difficile, que ça prend trop de temps, ou encore parce que ça les empêcheraient de jouer au golf le vendredi après-midi».

«Changer de culture»

Alors que le Royaume-Uni va devoir mener d'intenses négociations avec ses partenaires internationaux pour trouver des accords commerciaux dans la foulée du Brexit, il a souligné que ce travail titanesque sera mené en pure perte «si vous n'avons pas les exportateurs pour remplir ces marchés».

«Nous devons changer de culture. Les gens doivent cesser de voir l'exportation comme une opportunité, et commencer à l'envisager comme un devoir», a souligné Liam Fox, champion des valeurs traditionnelles au sein du Parti conservateur et eurosceptique notoire.

Liam Fox a également estimé que le Royaume-Uni devait envisager le monde avec une perspective commerciale, rejetant la «vision du monde du Foreign Office (ndlr: le ministère des Affaires étrangères)», davantage tournée vers la diplomatie. Peut-être une pierre dans le jardin du ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, avec qui, selon la presse, Liam Fox entretient des relations tendues. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!