Venezuela: Un mort dans des manifs contre le président
Actualisé

VenezuelaUn mort dans des manifs contre le président

Le décès d'un adolescent porte à 34 le nombre de personnes tuées au Venezuela depuis le début des manifestations organisées par l'opposition, il y a un mois.

1 / 148
Keystone
Keystone
Keystone

Les violences ont redoublé mercredi au Venezuela entre les manifestants et les forces de l'ordre après que le président vénézuélien a confirmé l'élection prochaine d'une assemblée constituante. Un protestataire de 17 ans est mort dans des échauffourées à Caracas.

Ce décès porte à 34 le nombre de personnes tuées depuis le début des manifestations organisées par l'opposition, il y a un mois.

Les Vénézuéliens seront appelés à élire «dans les prochaines semaines» les représentants de l'assemblée constituante qui sera chargée de réformer la constitution, a annoncé mercredi le président Nicolas Maduro dans un discours télévisé.

Suivant un motif désormais familier, des milliers de partisans de l'opposition se sont rassemblés dans la capitale, avant d'être bloqués par les autorités dans leur marche vers le Parlement. Des affrontements ont alors éclaté entre manifestants masqués et militaires.

Un manifestant âgé de 17 ans est mort dans une mêlée après avoir été frappé au cou avec un objet, a déclaré le maire de district, affilié à l'opposition. Plus de 200 personnes ont été blessées dans des violences dans plusieurs quartiers de la capitale, rapportent l'élu et un autre maire de l'opposition.

Coup d'état dénoncé

Le projet dévoilé lundi par le président vénézuélien est perçu par l'opposition comme une manoeuvre visant à éviter la tenue de véritables élections que le chef de l'Etat, dont la popularité s'est effondrée en raison de la grave crise économique, aurait peu de chances de remporter.

Le président Maduro souhaite que l'assemblée constituante soit composée pour moitié de personnalités élues, mais qui ne seraient pas issues des partis politiques et pour moitié de personnalités désignées, un projet qualifié de «coup d'État» par les opposants majoritaires au Parlement.

Le président vénézuélien, élu de justesse en 2013 après la mort de son mentor socialiste Hugo Chávez, accuse les opposants de fomenter un coup d'État avec le soutien des Etats-Unis et les encouragements de la presse internationale. Il a présenté sa décision de convoquer une assemblée constituante comme le seul moyen de ramener «la paix» au Venezuela. (ats)

Ton opinion