Actualisé 16.10.2012 à 12:28

Lausanne

Un mystérieux «4000.-» hante les murs de la ville

Depuis lundi soir, les Lausannois qui passent par le centre-ville se demandent certainement ce que signifie le montant inscrit partout sur les murs et les sols.

de
Francesco Brienza

A la gare, dans le quartier du Flon ou à la Place de la Riponne, c'est pareil. Où que le regard se porte, il croise un mystérieux montant, qui a été inscrit dans la soirée de lundi. 4000 francs. «C'est malin, ces centaines de graffitis... la voirie aura encore une fois du boulot», réagit un passant, outré.

Pas de panique. Le montant a été écrit à la craie. Il s'effacera de lui-même rapidement. Mais pourquoi quatre mille francs? Le montant correspond au salaire minimum pour tous les travailleurs revendiqué par certains syndicats. En l'occurrence, le collectif «Solidarités Vaud» relaie l'action sur son profil Facebook. «Pour un salaire minimum à 4000 fr.», peut-on y lire. Mais l'opération a été menée par le Collectif national salaire minimum. Elle durera jusqu'à demain et prendra place dans plusieurs villes du pays.

«Des retours plutôt positifs»

Les réactions ne se sont pas fait attendre. «Je soutiens la cause mais pas la manière de la communiquer», s'insurge un internaute, mécontent que la voie publique soit «vandalisée». «J'ose espérer que votre lutte trouvera un écho positif», pense au contraire une autre.

Du côté de «Solidarités Vaud», on salue les «bons retours» que semble donner l'opération. «Le but est de sensibiliser les gens à une problématique dont on parle trop peu. Et puis, finalement, la craie est légale et elle marche mieux que des tracts que les gens finissent de toute façon par jeter par terre...»

Près de 400'000 personnes sont des travailleurs pauvres en Suisse. Une initiative fédérale a abouti sur la question. Le peuple se prononcera peut-être avant la fin de l'année prochaine.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!