Asie: Un navire US près d'un îlot revendiqué par Pékin

Actualisé

AsieUn navire US près d'un îlot revendiqué par Pékin

Un bâtiment militaire américain est passé jeudi près d'un îlot revendiqué par la Chine dans l'archipel des Spratley. Pékin est «fort mécontent».

Image publiée par l'armée américaine montrant l'USS Dewey. (Jeudi 25 mai 2017)

Image publiée par l'armée américaine montrant l'USS Dewey. (Jeudi 25 mai 2017)

AFP

Un navire militaire américain est passé près d'un îlot revendiqué par Pékin en mer de Chine méridionale, dans une opération destinée à démontrer la «liberté de navigation» dans ces eaux contestées, a indiqué mercredi un responsable américain.

Le navire américain, le USS Dewey, est passé «à moins de 12 milles nautiques» de Mischief Reef, un îlot revendiqué par la Chine dans l'archipel des Spratley, a indiqué ce responsable.

Il s'agit de la première opération de ce type de l'administration Trump. Elle a eu lieu tôt jeudi matin heure locale, selon le responsable américain. L'initiative va provoquer la colère de Pékin, dont l'administration Trump essaie pourtant actuellement de se rapprocher sur le dossier nord-coréen.

«Fort mécontentement» de la Chine

Lors d'un point de presse, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, a fait «du fort mécontentement et de la forte opposition» de la Chine à la suite de cette action de la marine américaine. Le navire militaire américain est entré «sans permission» dans les eaux territoriales chinoises.

D'après le porte-parole chinois, la marine chinoise a «identifié le bâtiment américain conformément à la loi et lui a intimé l'ordre de partir». L'action de la marine américaine a «compromis la souveraineté et la sécurité» de la Chine et aurait pu être à l'origine d'accidents navals ou aériens, a averti M. Lu. La souveraineté de la Chine sur l'archipel des Spratleys et les eaux adjacentes est «indisputable», a-t-il assuré.

Îlots artificiels

La Chine revendique l'essentiel de la mer de Chine méridionale, y compris des zones très proches des côtes de nombreux pays d'Asie du Sud-Est. Elle s'est engagée dans des opérations de construction d'îlots artificiels et de potentielles bases militaires sur de minuscules récifs, et considère comme ses eaux territoriales la zone des 12 milles nautiques autour de ces installations.

Les Etats-Unis contestent ces annexions d'îlots, pratiquées également par d'autres pays de la région, et prônent un règlement diplomatique des différends. Ils soulignent que leurs opérations de liberté de navigation ne visent pas «une seule zone de navigation» dans le monde, ni «un seul pays».

Selon le Pentagone, les Etats-Unis ont conduit en 2016 des opérations de liberté de navigation face «à 22 Etats côtiers, dont de nombreux alliés et partenaires» des Etats-Unis. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion