Rap contre l'UDC: Un Neuchâtelois menace de mort Oskar Freysinger

Actualisé

Rap contre l'UDCUn Neuchâtelois menace de mort Oskar Freysinger

Dans un nouveau clip, le rappeur Sig Sauer explique que l'élu UDC pourrait bien payer de sa vie ses prises de positions politiques.

par
gco

Dans les 11 dernières secondes de son clip, Sig Sauer envisage le pire pour Oskar Freysinger.

Dans sa chanson qui dure près de 4 minutes, l'artiste, originaire du Gabon et de Haïti, dénonce la politique de l'UDC et s'attaque frontalement à Oskar Freysinger.

A la fin de son morceau, Sig Sauer délivre «un petit message pour Monsieur Oskar Freysinger»: «Faut que t'arrêtes de nous (n.d.l.r.: les étrangers) mépriser, de nous diaboliser dans les médias espèce de xénophobe ou un jour on va te retrouver pendu avec ta queue de cheval, enfoiré, va!»

Son manager assume cette menace de mort

«Nous avons publié le clip de la chanson «Swiss Life» sur YouTube samedi. Nous sommes quasiment à 10'000 views à ce jour. Sa diffusion a suscité un flots de commentaires virulents et racistes qui nous ont surpris. L'un d'entre eux expliquait que les étrangers devraient être stérilisés à la naissance!» explique Léo, le manager belge de Sig Sauer.

Il n'estime pas que son artiste a dépassé les bornes. «La chanson a un côté provocateur que nous assumons. On s'est mis au même niveau que l'UDC. Le but était de déclencher des réactions. Il y a certes une menace de mort envers Freysinger. Il pourrait porter plainte mais il faut prendre du recul et ne pas tout interpréter au 1er degré... Il ne s'agit que d'une chanson après tout!» souligne Léo.

Freysinger est toujours plus attaqué

«Les propos de Sig Sauer sont de l'ordre de la menace de mort. C'est une claire incitation à la violence et cela pourrait donner des idées à certains. Une pratique qui n'a pas sa place dans un Etat de droit», relève Oskar Freysinger qui constate qu'actuellement «en faisant un rap anti-UDC, vous avez la garantie de faire parler de vous».

«Ce type de menaces prouve que nos adversaires sont aux abois. Faute d'arguments, il s'attaque à l'homme plutôt qu'à ses idées. Ce qui est paradoxal, c'est que ceux qui accusent l'UDC de propager la haine, font la promotion de la haine! Dans nos campagne, l'UDC force aussi le trait mais on ne brocarde jamais personnellement un adversaire politique» poursuit le Valaisan.

Une plainte pénale contre «Vigousse»

Le Saviésan explique aussi avoir constaté «depuis 3 semaines» une augmentation de la violence à son égard. «Le summum a été la publication d'une caricature dans «Vigousse» (le 12 novembre) qui me représentait en officier nazi envoyant des enfants dans une chambre à gaz. Je viens d'ailleurs de prendre la décision, après réflexion, de déposer plainte en justice».

Concernant la menace Sig Sauer, Oskar Freysinger ne prévoit pas, a priori, de le traîner devant les tribunaux: «Je ne peux pas multiplier les procès même si je condamne cette attaque personnelle. Je suis prêt à rencontrer ce rappeur, s'il le souhaite, pour un débat d'idées».

Choqué par les propos de Sig Sauer, Kevin Grangier, vice-président des Jeunes UDC Suisse, a créé un montage inspiré de la dernière campagne du parti agrarien. «WANTED: Cet homme a menacé Oskar Freysinger. Il n'est pas le bienvenu en Suisse pour menacer les représentants du peuple. 52.9% des Suisses emmerdent les rappeurs violents!», explique la légende de cette image postée sur le groupe FaceBook «Pour protéger Oskar Freysinger contre la violence des intégristes».

«On ne veut pas se laisser impressionner. On dénonce la banalisation de la violence contre notre parti et on pense que Sig sauer sera bientôt expulsé», précise Kevin Grangier.

Ton opinion