Swiss – Un nouveau concept met le personnel de bord à cran

Publié

SwissUn nouveau concept met le personnel de bord à cran

Un nouveau service en Classe affaires voudrait personnaliser davantage le soin apporté aux voyageurs. Chez les employés, l’idée est loin de faire l’unanimité.

Les critiques viennent du personnel de bord.

Les critiques viennent du personnel de bord.

Swiss

Le nouveau concept de Swiss intitulé «C-Class Redesign», qui vise à personnaliser davantage les soins aux passagers, génère de vives critiques chez le personnel de bord. Lilian Obimo, du syndicat du personnel de cabine Kapers, explique: «Nous sommes censés nous présenter par nos noms à nos passagers, leur raconter quelque chose de personnel ou d’humoristique, puis nous occuper d’eux.» En d’autres termes, consacrer davantage de temps aux voyageurs. «Si sur le fond l’idée est bonne, elle ne peut pas être mise en œuvre avec les ressources actuelles», poursuit Lilian Obimo qui déplore un manque d’effectifs conséquent.

Testé sur la ligne à destination de Hong Kong, ce nouveau service est loin de faire l’unanimité, relaye le «St. Galler Tagblatt». Les employés expriment leur frustration sur le site de la compagnie aérienne avec des commentaires comme «Stress insupportable», «J’ai les larmes qui coulent!» «C’est terrible».

Autre source de frustration: la nouvelle formule pour commander les repas via une application sur iPad, qui apparemment… ne fonctionnerait pas. Selon le quotidien alémanique, la compagnie est consciente de la grogne de son personnel et prend ses réactions au sérieux, même si elle persiste à vouloir maintenir son nouveau concept.

Les employés au sol aussi touché

L’épuisement du personnel aérien s’inscrit dans la continuité des licenciements annoncés, rappelle «Blick». Un membre d’équipage par vol a été supprimé et la durée de séjour à destination pour les long-courriers a été réduite de deux à une nuit. «Vous n’arrivez pas à récupérer. Les conditions de travail durant la pandémie m’ont ôté l’envie de voler», confie au quotidien zurichois une hôtesse en préretraite.

Il semble que la grogne touche également le personnel au sol. Avec la pandémie, il y a de nombreux documents à exiger des passagers et certains voyageurs ne peuvent embarquer. Cela met la pression sur le personnel qui doit faire face à ces clients parfois mécontents.

(fos/jbm)

Ton opinion

74 commentaires