Espace : Un nouveau type de planète voit le jour
Actualisé

Espace Un nouveau type de planète voit le jour

Des astrophysiciens ont confirmé mardi la découverte d'un nouveau type de planète située hors de notre système solaire. Elle est principalement composée d'eau et entourée d'une atmosphère épaisse et humide.

Les astrophysiciens ont basé leurs conclusions sur l'examen des données de l'exoplanète GJ1214b, découverte en 2009 par le télescope de la NASA Hubble. Le système solaire compte trois sortes de planètes: les planètes telluriques ou rocheuses, à l'image de la Terre (Mercure, Vénus, Mars), les géantes gazeuses (Jupiter et Saturne) et les géantes glacées (Uranus et Neptune).

En analysant GJ1214b, l'astronome Zachory Berta, du centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian (CFA), a démontré qu'il s'agissait d'un monde aquatique enveloppé d'une atmosphère épaisse et chaude. «GJ1214b ne ressemble à aucune planète que nous connaissons», a-t-il déclaré dans un communiqué publié par le CFA. «Une importante fraction de sa masse est composée d'eau».

Le diamètre de cette «super-Terre», située seulement à 40 années lumière de la Terre dans la direction de la constellation Ophiuchus, est 2,7 fois celui de la Terre, et elle pèse sept fois le poids de la Terre. Elle orbite autour de son étoile rouge naine à 2 millions de km, et sa température serait de 232 degrés Celsius (450 degrés Farenheit), selon les chercheurs.

«Glace chaude»?

Sa densité est moitié moins importante que celle de la Terre, ce qui suggère qu'elle a plus d'eau que la Terre et moins de roche. «Les hautes températures et les hautes pressions pourraient former des matières exotiques comme de la 'glace chaude', ou de 'l'eau superfluide', substances qui sont complètement étrangères à notre expérience quotidienne» a déclaré M. Berta.

En 2010, le scientifique du CFA Jacob Bean et des collègues avaient publié une analyse selon laquelle l'atmosphère de GJ1214b était probablement principalement composée d'eau. Mais leurs observations pouvaient également être dues à la présence d'une brume épaisse dans l'atmosphère de la planète.

L'équipe de Berta a poursuivi les recherches utilisant une caméra spéciale du télescope Hubble pour étudier GJ1214b lorsqu'elle passait devant son étoile. Durant ce temps, la lumière de l'étoile était filtrée par la lumière de la planète, donnant ainsi des indications sur le mélange des gaz présents. Selon M. Berta, ces mesures «ont fait pencher la balance en faveur d'une atmosphère humide».

(ats)

Ton opinion