Actualisé 31.05.2006 à 22:18

Un nouvel espoir pour les handicapés

Faire remarcher les handicapés, c'est le but d'un projet auquel collaborent étudiants et chercheurs de l'EPFL.

Près de 80% des personnes souffrant de paraplégie peuvent nourrir l'espoir de remarcher un jour, la lésion de leur moelle épinière étant partielle. C'est pour elles et les hémiplégiques que le «MotionMaker», qui sera commercialisé l'année prochaine, et le «WalkTrainer» ont été pensés. Le premier contribue à remuscler les jambes des handicapés, le second à leur réapprendre à marcher. Une étude réalisée en novembre dernier à l'EPFL sous le contrôle du CHUV est extrêmement encourageante.

Les patients qui ont testé le «MotionMaker» ont augmenté en moyenne de 300% leur force musculaire. Ce résultat spectaculaire est dû à une révolution. Les deux engins reproduisent en effet à la perfection les mouvements naturels des jambes, grâce à l'informatique et à la robotique. Jusqu'alors, la rééducation était tributaire des erreurs humaines, les patients prenant le risque de réapprendre de mauvais mouvements, difficiles à changer après coup.

Depuis six ans, plus de 300 étudiants de l'EPFL ont déjà contribué, de près ou de loin, au projet mené par le Pr Reymond Clavel et la Fondation suisse pour les cyberthèses (FSC). L'Ecole polytechnique est à la pointe de la recherche dans ce domaine.

«Lorsqu'on travaille sur un tel projet, on ne peut que se mettre à la place des gens qui vont en bénéficier. C'est extrêmement motivant», explique Lucien Debons, étudiant en 4e année de génie électrique et électronique, qui a travaillé sur un composant du «WalkTrainer».

Les deux appareils, une fois prêts à la commercialisation, seront vendus environ 300 000 fr. pièce aux hôpitaux et centres de rééducation par l'entreprise Swortec, à Monthey. La FSC lance aujourd'hui une campagne de recherche de fonds pour réunir les 3 millions de francs nécessaires à l'achèvement du projet.

Cédric Alber

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!