Afghanistan :: Un obus explose dans une école, au moins neuf adolescents tués
Actualisé

Afghanistan :Un obus explose dans une école, au moins neuf adolescents tués

Une explosion, vraisemblablement causée par un obus de mortier, a coûté la vie à une dizaine d’étudiants d’un école coranique jeudi. Il s’agit de la troisième attaque du genre en un mois.

(image prétexte)

(image prétexte)

AFP

Au moins neuf adolescents ont été tués lorsqu'un obus de mortier a explosé dans une école coranique de la province de Takhar, dans le nord de l'Afghanistan, ont indiqué jeudi des responsables à l'AFP.

L'explosion, qui a également fait six blessés, «a été causée par un obus de mortier qui d'une manière ou d'une autre avait été transporté à l'intérieur d'une madrasa» du district d'Ishkamish, a déclaré Khalil Asir, le porte-parole de la police provinciale, ajoutant que les neuf morts étaient presque tous mineurs.

«Nous enquêtons pour comprendre comment et pourquoi l'obus se trouvait à l'intérieur du bâtiment», a ajouté M. Asir, qui avait dans un premier temps fait état de sept morts. Le porte-parole du gouverneur de Takhar, Jawad Hejri, a confirmé ce nouveau bilan. «Deux élèves sont morts alors qu'ils étaient transportés à l'hôpital», a-t-il observé.

Troisième explosion ce mois

C'est la troisième explosion dans un bâtiment religieux ce mois-ci en Afghanistan. La première, survenue le 2 juin et revendiquée par l'Etat islamique, avait tué un imam célèbre pour ses discours polémiques ainsi qu'un fidèle dans une mosquée attenante à la Zone verte, ce quartier ultra-sécurisé du centre de Kaboul. La seconde, non revendiquée, avait tué un autre imam de la capitale ainsi que trois fidèles.

Les bâtiments religieux sont fréquemment ciblées en Afghanistan, où sévit un conflit vieux de 40 ans. En octobre dernier, 62 fidèles étaient morts et plus de 30 avaient été blessés dans un attentat contre une mosquée du Nangarhar (Est).

En avril 2018, un bombardement de l'armée afghane contre une madrasa de Kunduz, province voisine de celle de Takhar, avait fait des dizaines de morts et blessés. D'après le ministère de la Défense, la frappe aérienne, survenue pendant une cérémonie de remise des diplômes, visait de nombreux talibans présents sur place.

Un cessez-le-feu qui a duré trois jours

Des violences dans la province de Baghlan, frontalière de celles de Kunduz et Baghlan, ont par ailleurs fait sept morts et six blessés parmi la police afghane, quand des talibans ont attaqué un poste de sécurité dans la nuit de mercredi à jeudi, a-t-on appris auprès de deux sources policières.

Les violences ont diminué en Afghanistan, après le 24 mai lorsque les insurgés ont décrété un cessez-le-feu de trois jours pour l'Aïd el-Fitr, fête qui marque la fin du ramadan chez les musulmans. Le gouvernement assure que les talibans ont intensifié leurs attaques ces jours derniers, ce que démentent les insurgés.

Les affrontement restent fréquents entre les deux camps, alors que rebelles et gouvernement se rapprochent de l'ouverture de négociations de paix historiques. Ces pourparlers sont censés débuter après la fin d'un échange de prisonniers en cours entre les deux camps.

Mercredi, les talibans ont tué 18 membres des forces de sécurité afghanes lors de deux attaques contre des postes de contrôle du Nord du pays.

(AFPE)

Ton opinion