Actualisé 16.10.2012 à 04:49

Mondial 2014: Islande - Suisse

Un outsider prêt à troubler la fête

Jamais qualifiée pour la phase finale d'un tournoi international senior, l'Islande table désormais sur une génération dorée.

de
Marc Fragnière, Reykjavik
Les Islandais jouent actuellement en pleine confiance.

Les Islandais jouent actuellement en pleine confiance.

La Suisse aura l'occasion d'asseoir sa domination sur le groupe E, ce soir à Reykjavik (20 h 30). Pour ce faire, elle devra passer l'écueil islandais. Une tâche peut-être plus redoutable qu'il n'y paraît de premier abord. Lauréate des quatre seules confrontations directes entre les deux pays, la sélection nationale aurait tort d'aborder sa dernière rencontre officielle de 2012 les orteils en éventail.

Même privés de leur stratège Aron Gunnarsson et de leur buteur Kolbeinn Sigthórsson, les «Strakarnir Okkar» suscitent le respect des Helvètes. Les absences du milieu de terrain de Cardiff (suspendu) et de l'attaquant de l'Ajax Amsterdam (ndlr: épaule gauche disloquée, il ne devrait pas retrouver le chemin des stades avant février 2013) n'inquiètent pas outre-mesure le coach Lars Lagerbäck. Du moins en surface. «La vedette, c'est l'équipe. C'est elle notre force», a ainsi assuré le Suédois alors que ses gars s'échauffaient dans le stade Laugardsvollur, interrompant tour à tour leurs exercices au gré des demandes des journalistes postés sur le tarmac entourant la pelouse.

«Nos victoires contre la Norvège et en Albanie nous ont donné un statut d'outsider, mais la Suisse est la meilleure équipe du groupe», a estimé Gylfi Sigurdsson avant de détailler: «Ses milieux de terrains et ses attaquants sont très techniques et rapides. Ils sont au bénéfice d'une grande culture footballistique et Ottmar Hitzfeld est une légende, dont les connaissances sont très précieuses», a relaté, élogieux, l'attaquant de Tottenham Hotspur.

Ottmar Hitzfeld, sélectionneur national: L’Islande possède des qualités techniques plus développées que la Norvège. Elle pratique un meilleur football. Ce n’est ni une surprise ni un hasard si l’Islande est 2e du groupe et si elle a pris le meilleur sur la Norvège et sur l’Albanie. Les Islandais sont doués dans le jeu de transition et parviennent à faire remonter le ballon très vite. Leur pressing est un modèle du genre. Comme les Norvégiens, les Islandais vont essayer de nous emmener sur le terrain du défi physique, du combat. A nous d’imposer notre jeu. Contre la Norvège, nous avons réalisé une belle prestation à mi-terrain, où nous avons été solides. Il faudra la reproduire ici.

Confiance et méfiance

«Tout autre résultat qu’un succès constituerait une petite déception.» C’est avec une mentalité conquérante que Valon Behrami entend pénétrer sur le terrain, ce soir. Une détermination à ne pas confondre avec de l’arrogance. «L’Islande est une bonne équipe, prévient le Tessinois. Elle est redoutable à la maison. Elle ne s’appuie pas seulement sur les qualités physiques de ses joueurs et les longues balles balancées vers l’avant. Elle est peut aussi tabler sur la technique de certaines individualités. Leur attaquant (ndlr: Gylfi Sigurdsson) est très doué. Il est plus dangereux, par exemple, que celui de la Norvège (Daniel Braaten).»

Suivez la rencontre entre l'Islande et la Suisse en direct sur notre site, dès 20h30.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!