Blécherette: Un ouvrier tué par un conducteur ivre
Actualisé

BlécheretteUn ouvrier tué par un conducteur ivre

Une section de l'autoroute reliant Lausanne à Genève a été bouclée une grande partie de la nuit de mercredi à jeudi en raison d'un accident mortel.

par
cbx/gco/joe/comm

Un ouvrier de 24 ans qui travaillait sur l'autoroute de contournement de Lausanne en direction de Genève a été mortellement percuté par un conducteur français en état d'ivresse, vers 21h50, mercredi.

«Un automobiliste qui circulait en direction de Genève à proximité de la jonction de la Blécherette n'a pas respecté la signalisation et a circulé sur la voie centrale de l'autoroute de contournement, heurtant un ouvrier qui était occupé avec un collègue à des travaux de maintenance sur les dispositifs installés à demeure pour lutter contre le verglas», a expliqué Philippe Jaton, porte-parole de la police vaudoise, jeudi matin sur les ondes de la RSR.

Une signalisation a été mise en place pour indiquer aux usagers que seule la voie droite était praticable et la vitesse limitée à 80 km/h. Les ouvriers intervenaient sur la voie centrale et sur la voie gauche.

L'automobiliste s'est engagé à la jonction de la Blécherette et a immédiatement entrepris le dépassement du véhicule qui le précédait en se déplaçant sur la voie centrale interdite à la circulation. Lors de cette manœuvre, il a heurté un cône, puis s'est trouvé en présence de deux ouvriers oeuvrant sur la chaussée. L'un des deux hommes a été projeté à une dizaine de mètres, alors que l'autre a pu éviter le choc, se retirant de justesse; il souffre d'hématomes.

«L'ouvrier de 24 ans est décédé sur place et le conducteur de 27 ans, domicilié en France, était fortement sous l'influence de l'alcool», a précisé Philippe Jaton. Domicilié en Haute-Savoie, le conducteur a en effet été soumis à un test de l'haleine au moyen de l'éthylomètre qui a révélé un taux d'alcoolémie de 1,9‰. La chaussée montagne de l'autoroute, direction Genève, a été fermée à la circulation entre 22h10 et 5h30, entre la jonction de la Blécherette et l'échangeur de Villars-Sainte-Croix.

Sécurité en question

La question de la visibilité du chantier provisoire a été pointé du doigt par un de nos lecteurs, circulant sur le tronçon peu après les faits. «Il y avait juste des cônes espacés de plusieurs dizaines de mètres pour délimiter les deux zones», s'étonne-t-il. L'entreprise mandatée pour les travaux réfute tout manquement. «Côté sécurité, tout a été fait dans les règles de l'art», affirme Patrice Ansermet, responsable technique du chantier.

Entendu hier soir par le procureur, le Français est désormais sous le coup d'une interdiction de conduite en Suisse, mais son permis ne peut pas lui être retiré. «Le cas a été transféré aux autorités françaises compétentes», explique Philippe Jaton.

Ton opinion