Vernier: Un pactole, mais pas de baisse d'impôts
Actualisé

VernierUn pactole, mais pas de baisse d'impôts

Malgré un excédent monstre, la ville ne crie étrangement pas victoire. L'avenir s'annonce en effet un peu moins radieux.

par
Henri Della Casa

La ville de Vernier, qui vient de boucler ses comptes 2012, a vécu au-dessous de ses moyens. Elle dégage en effet un excédent de 11 millions de francs sur un budget de 100 millions. La population a-t-elle peut-être payé trop d'impôts? Pas vraiment, puisque les rentrées fiscales des personnes sont légèrement moindres qu'estimé.

Cet excédent record pour la commune provient de l'explosion des recettes fiscales des entreprises, qui ont rapporté 9 millions de francs de plus que prévu à la septième ville romande! De quoi se réjouir gaiment, penserait-on.

Pas de grosses dépenses à l'horizon

«Ma politique budgétaire restera prudente», s'empresse d'avertir Pierre Ronget, magistrat en charge des Finances. Et pour cause: avec ce boni faramineux, la commune parmi les plus pauvres du canton recevra moins d'argent des autres collectivités via la péréquation intercommunale. Quant au budget 2013, celui-ci est déjà plombé de 8 millions en raison de la fusion des caisses de pension. La réforme attendue sur la fiscalité des entreprises pourrait enfin rogner les recettes fiscales pour la commune.

A entendre le conseiller administratif, les dépenses ne vont donc pas grimper à Vernier. Inutile aussi de rêver à une baisse d'impôts. «Les intérêts de notre dette, qui vaut 132 millions, coûtent 10'500 francs par jour. On a assez de dépenses comme ça.»

Ton opinion