Actualisé 12.10.2016 à 06:06

Jérusalem Est

Un Palestinien tué par des tirs israéliens

Ali Shiouki, 20 ans, a trouvé la mort lors d'affrontements avec des soldats.

Des soldats israéliens patrouillent dans les rues de Jérusalem, le 11 octobre 2016. Plus de 3000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés pendant les fêtes.

Des soldats israéliens patrouillent dans les rues de Jérusalem, le 11 octobre 2016. Plus de 3000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés pendant les fêtes.

photo: Keystone

Un Palestinien a été tué durant mardi soir par des tirs de soldats israéliens à Silwan, un quartier de Jérusalem-est occupée et annexée, ont indiqué des responsables palestiniens.

Ali Shiouki (20 ans) a trouvé la mort lors d'affrontements avec des soldats israéliens alors que la police et l'armée israéliennes étaient déployées en force en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-est pour tenter d'éviter des attentats durant la célébration depuis mardi en fin d'après-midi de Kippour, le jour du Grand Pardon juif, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Depuis mardi, Israël a bouclé les territoires palestiniens et placé sa police en état d'alerte à Jérusalem pour parer à toute attaque contre les dizaines de milliers de fidèles attendus à Jérusalem pour la fête la plus solennelle du calendrier juif.

Ce dispositif de sécurité a été renforcé après que deux Israéliens ont été tués dimanche par un Palestinien ensuite abattu par des policiers à Jérusalem-est ce qui a fait craindre un nouveau cycle de tensions.

3000 policiers sont mobilisés à Jérusalem

En 2015, les célébrations de Yom Kippour et de Souccot (les Cabanes), fêtées au début de la semaine prochaine, avaient préludé à une vague de violences toujours en cours.

A l'occasion de ces deux fêtes les fidèles juifs affluent dans la Vieille ville de Jérusalem pour prier devant le mur des Lamentations, situé en contrebas de l'ultra-sensible esplanade des Mosquées.

Ce site est le troisième lieu saint de l'islam tout en étant également révéré par les juifs comme le mont du Temple. Plus de 3.000 policiers sont mobilisés à Jérusalem pour les fêtes, a indiqué la police.

Les Palestiniens craignent que les Israéliens, qui contrôlent tous les accès à l'esplanade, ne finissent par la diviser et n'autorisent que les juifs à y prier. Le gouvernement israélien se défend de vouloir modifier le statu quo.

La vague de violences qui secoue depuis début octobre 2015 les Territoires palestiniens, Israël et Jérusalem a coûté la vie à 233 Palestiniens, 36 Israéliens, deux Américains, un Erythréen et un Soudanais, selon un décompte de l'AFP. La plupart des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'actes de violence. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!