Proche-Orient: Un Palestinien tué par des tirs israéliens
Publié

Proche-OrientUn Palestinien tué par des tirs israéliens

Un Palestinien a été tué jeudi soir par des tirs de soldats israéliens au nord de Ramallah.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Un Palestinien a été tué jeudi soir par des tirs de soldats israéliens au nord de Ramallah, a annoncé le ministère palestinien de la Santé, sans donner plus de précisions. Une porte-parole de l'armée israélienne a confirmé à l'AFP que «des soldats avaient tiré en direction d'un véhicule qui tentait de franchir un barrage militaire dans la région de Ramallah, tuant l'un de ses occupants».

L'armée avait annoncé auparavant dans un communiqué que dans un autre incident en début de soirée, des tirs palestiniens en direction d'une station de bus dans la même zone n'avaient pas fait de blessés.

Deux attaques début décembre

Ces deux incidents se sont déroulés au nord de Ramallah en Cisjordanie occupée, où deux attaques palestiniennes les 9 et 13 décembre ont fait trois morts, deux soldats israéliens et un bébé accouché prématurément après que sa mère eut été blessée grièvement.

Les forces israéliennes continuent à traquer les auteurs de ces attentats, qui ont remis en cause des mois de calme relatif en Cisjordanie occupée.

Le 13 décembre, les forces israéliennes avaient abattu deux membres du mouvement islamiste Hamas auteurs ou impliqués dans une attaque en octobre et dans celle du 9 décembre et avaient arrêté une quarantaine d'agents appartenant selon elles au Hamas. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion