Suisse romande: Un panneau à edelweiss intrigue les automobilistes
Publié

Suisse romandeUn panneau à edelweiss intrigue les automobilistes

Une signalisation inédite a été remarquée par des conducteurs genevois aux entrées et sorties d’autoroute. Elle indique une zone de biodiversité à protéger.

par
Lucie Fehlbaum
1 / 3
Cet edelweiss monté sur piquet étonne les conducteurs qui l’ont remarqué sur les bretelles d’autoroute, à Genève.

Cet edelweiss monté sur piquet étonne les conducteurs qui l’ont remarqué sur les bretelles d’autoroute, à Genève.

Facebook
Des orchidées rares profitent de zones sans engrais.

Des orchidées rares profitent de zones sans engrais.

Office fédéral des routes - OFROU
Au bord de l’A12 près de La Veyre (VD), sur les hauteurs de Vevey.

Au bord de l’A12 près de La Veyre (VD), sur les hauteurs de Vevey.

Office fédéral des routes - OFROU

Un panneau carré au centre duquel figure un edelweiss bleu stylisé. L’image aurait plus volontiers sa place sur les murs d’un chalet qu’à l’entrée d’une autoroute. Pourtant, c’est là que des automobilistes genevois l’ont aperçu. À Perly, Bernex ou Vernier, à l’entrée ou à la sortie de la voie rapide, cette signalisation étonnante a fleuri. Son antonyme, l’edelweiss barré, existe également.

Riches faune et flore autoroutières

Le Département genevois du territoire n’est pas derrière cette initiative. Il s’agit d’une information interne destinée aux équipes d’entretien de l’Office fédéral des routes (OFROU). «Le panneau ne concerne en rien les automobilistes, informe Guido Bielmann, porte-parole de l’OFROU. Nous avons effectué une étude le long des routes nationales afin de recenser la biodiversité des espaces verts qui les longent. Les relevés sont terminés pour la Suisse romande ainsi que pour Berne. Les biologistes qui collaborent avec nous ont intégré 636 nouvelles surfaces à la liste de la biodiversité.» Soit 224 hectares de talus, haies ou prairies qui longent les entrées et sorties d’autoroute et font le bonheur d’insectes et de plantes sauvages.

Orchidées rares et lézards

Des orchidées rares, des lézards et des couleuvres ont notamment été recensés par les biologistes, surpris d’une telle richesse. À ces endroits, seuls les polluants de l’air et l’entretien nécessaire à la sécurité routière viennent perturber la biodiversité. «Des animaux bénéficient vraiment de ces sites attractifs, d’autres s’y retrouvent piégés, indique Gottlieb Dandliker, inspecteur cantonal de la faune à Genève. Les talus herbeux qui longent les routes abritent des campagnols. Pour eux le calcul est bon. Ils vivent en paix dans le talus au prix d’un individu écrasé de temps en temps. Les orchidées poussent aussi très bien puisqu’elles ont besoin de terrains sans engrais.» Les lézards apprécient également ces zones où tape le soleil. «Pour les papillons, nous nous posons la question, explique l’inspecteur cantonal de la faune. Il y a des fleurs, certes, mais ils peuvent être embarqués par les courants d’air provoqués par les véhicules.»

Petits tas de bois

«Un entretien spécifique sera mis en œuvre progressivement, révèle Guido Bielmann. Il s’agira notamment de ne pas perturber la germination et la floraison des plantes. Selon la saison, la fréquence et la hauteur de coupe ou encore la nature des appareils utilisés, six méthodes d’entretien ont été définies.» Pour favoriser l’installation d’animaux, des tas de branches ou de petits murs en pierres seront aménagés. Certaines clôtures seront adaptées et l’abattage d’arbres à large échelle sera limité.

Ton opinion

113 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

VéloBobo

05.08.2020, 16:30

@OFROU : Faites passer un permis de circulation aux Cyclistes , ça sauvegarde aussi la faune locale ne pas shooter un vélo qui comprend rien aux signalisations routières...

Swiss

05.08.2020, 14:33

EDELWEISS étant aussi une compagnie d'aviation Suisse, elle devrait changer de nom au vu des commentaires car vraiment, ça vole bas.

Santale

05.08.2020, 12:39

Je suis heureux d'apprendre que le trafic automobile ne pollue pas Enfin une juste reconnaissance des écologistes.