Pologne: Un parti doute que l'élection aura lieu en mai
Actualisé

PologneUn parti doute que l'élection aura lieu en mai

L'élection présidentielle polonaise devait avoir lieu dimanche. Elle est annulée en raison du Covid-19. Aura-t-elle lieu en mai?

Pour Jaroslaw Gowin, l'élection présidentielle n'aura pas lieu en mai.

Pour Jaroslaw Gowin, l'élection présidentielle n'aura pas lieu en mai.

AFP

L'élection présidentielle polonaise par correspondance, dont le report a été annoncé mercredi soir par deux partis au pouvoir, «n'aura pas lieu en mai», a précisé jeudi le chef d'un des partis au pouvoir, Jaroslaw Gowin.

Ce scrutin, initialement prévu le dimanche 10 mai et dont le report était réclamé par l'opposition pour cause de pandémie, a fait l'objet d'un différend entre Jaroslaw Gowin, chef du petit parti Porozumienie (Entente) et celui du principal parti de la majorité conservatrice, Droit et Justice (PiS), Jaroslaw Kaczynski.

Jaroslaw Kaczynski avait cherché à organiser l'élection le plus rapidement possible, alors que M. Gowin souhaitait son report.

Ils ont fini par trouver un compromis: le scrutin tout simplement n'aura pas lieu - la Commission électorale nationale a estimé qu'il était impossible de le tenir pour des raisons légales et d'organisation -, la Cour Suprême constatera ensuite «son invalidité pour cause de non tenue» et la présidente de la chambre basse fixera une nouvelle date pour l'élection présidentielle qui doit se dérouler par correspondance.

Dans une déclaration aux journalistes, Jaroslaw Gowin a annoncé que des experts se pencheraient dès ce jeudi sur d'importantes modifications de la loi sur le vote uniquement par correspondance pour y rétablir le rôle central de la Commission électorale nationale (le texte actuel confiait une partie de ses responsabilités à la Poste).

Cette loi, adoptée le mois dernier, a été rejetée par le Sénat, mais la chambre basse l'a confirmée jeudi matin.

L'opposition centriste, qui n'a pas cessé de protester contre le maintien de l'élection en mai, dans des conditions créées par la pandémie favorisant le président sortant au détriment des autres candidats, avait appelé en vain le parlement à rejeter cette loi.

D'après un juriste et député PiS, Przemyslaw Czarnek, la présidente de la chambre basse aura 14 jours à compter de la décision de la Cour Suprême pour fixer une nouvelle date pour le scrutin présidentiel. Celui-ci devra se tenir au plus tard 60 jours après cette annonce. Selon des experts polonais, cela le situe au plus tard à la mi-juillet.

Le président sortant Andrzej Duda, issu du PiS, qui brigue un deuxième mandat, a déclaré mercredi qu'il souhaitait que l'élection se tienne «le plus rapidement possible». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion