Vaud - Lausanne fait un petit pas vers des transports publics gratuits
Publié

VaudLausanne fait un petit pas vers des transports publics gratuits

La gauche et les Vert’libéraux ont accepté le financement sur quatre ans du Plan climat de la Ville. PLR et UDC dénoncent une «combine» fiscale.

par
Frédéric Nejad Toulami
Vanessa Laam/20 minutes.

«Pour un tel plan sur le climat, nous devons fédérer toute la population avec nous, car c’est une cause commune qui revêt un aspect financier et un autre environnemental.» Syndic de Lausanne, Grégoire Junod a défendu mardi soir au parlement communal le financement conçu par l’Exécutif de la capitale vaudoise pour assurer les premières mesures de son plan en faveur de l’environnement.

Le socialiste était fier de rappeler que Lausanne était la première ville de Suisse à prendre de telles mesures. À savoir, inciter notamment des catégories de la population à se déplacer en transports publics, abandonner les véhicules à moteur thermique dès 2030, et planter des milliers d’arbres en plus. Si l’ensemble des trois partis de gauche lausannois avec les Vert’libéraux soutenaient le texte des autorités pour ces mesures et leur financement, le PLR et l’UDC ont contesté le montage financier pour y parvenir.

Gratuité pour les gens précaires

Car là où la Ville parle de financement «neutre et indolore» durant quatre ans, la droite y voit une «combine», un «tour de passe-passe». Il s’agit en fait de rendre les transports publics gratuits à Lausanne pour les personnes précarisées qui bénéficient de prestations complémentaires. Quant aux autres retraités et aux jeunes en formation, ils bénéficieront de grandes réductions sur les abonnements. Et pour financer cela, une légère hausse de la taxe électrique durant quatre ans compensée par les 34 millions de francs que la Ville doit rétrocéder aux habitants, après une décision du Tribunal fédéral (lire l’encadré).

La justice avait contraint la Ville à rembourser

L’an passé, le Tribunal fédéral avait donné raison à la Commission fédérale de l’électricité qui reprochait aux Services industriels de Lausanne (SiL) d’avoir perçu auprès des ménages 34’078’740 francs en trop en taxes électriques pour les années 2009 et 2010. Les habitants de Prilly, Épalinges, Saint-Sulpice et Jouxtens-Mézery étaient aussi concernés. Cette situation était née des divergences d’interprétation et d’application des dispositions législatives sur les tarifs de l’énergie électrique.

PLR et UDC y voient des «mesures sociales sous un enrobage climatique» et interrogent sur la suite du financement de cette gratuité partielle des bus et du métro au bout des quatre années.

Au moment du vote, vers 22 h 15, une large majorité d’élus communaux a validé le préavis de la Ville pour passer à l’acte.

Ton opinion

207 commentaires