Etats-Unis – Un passager de première classe se saoule et frappe une hôtesse de l’air
Publié

États-UnisUn passager de première classe se saoule et frappe une hôtesse de l’air

Un homme a agressé un membre du personnel de bord lors d’un vol intérieur d’American Airlines. En conséquence, l’homme a été interdit de vol à vie.

L’agresseur risque 50’000 dollars d’amende et ne pourra plus jamais monter dans un avion de la compagnie.

L’agresseur risque 50’000 dollars d’amende et ne pourra plus jamais monter dans un avion de la compagnie.

Twitter

Un passager de première classe a frappé une hôtesse de bord sur un vol américain, provoquant une escale imprévue à Denver. Le directeur général d’American Airlines, Doug Parker, a déclaré qu’il s’agissait de «l’une des pires manifestations de comportement violent que nous ayons jamais vues». Faisant référence à l’agresseur, il a déclaré dans un message vidéo: «Je peux vous garantir que cette personne ne sera plus jamais autorisée à voler sur American Airlines.» Doug Parker a appelé à mettre fin à la violence croissante dans les avions. L’Association of Professional Flight Attendants (APFA) a déclaré jeudi que la victime avait pu quitter l’hôpital.

L’incident s’est produit mercredi soir sur un vol entre New York et la Californie. Le média ABC, citant une source proche de l’enquête, a rapporté que l’agent de bord a accidentellement heurté le passager et s’est excusé. Plus tard, l’homme est allé dans la partie cuisine de l’avion et a frappé la femme à deux reprises. Il est ensuite retourné à son siège comme si rien ne s’était passé.

Attaché au siège

ABC cite des passagers qui affirment que l’homme était saoul. Après l’attaque, il a dû être menotté à son siège. Un passager dit avoir vu l’hôtesse de l’air juste après les événements. «Elle avait des éclaboussures de sang sur l’extérieur de son masque.» Selon M. Parker, American Airlines a fait appel au FBI et fera tout ce qui est en son pouvoir pour que l’auteur de ces violences soit tenu pénalement responsable de ses actes. Ils travaillent également avec la Federal Aviation Administration (FAA), qui peut imposer des amendes de plus de 50’000 dollars dans de tels cas.

Depuis le début de l’année, la FAA a reçu plus de 4940 rapports d’équipage concernant des passagers turbulents. 3580 ont été signalés concernant l’obligation de porter un masque à bord. Plus de 920 enquêtes ont été ouvertes. En comparaison: selon les données de l’agence fédérale, il y a eu 183 enquêtes sur l’ensemble de l’année 2020. En raison du nombre croissant d’incidents, la FAA affirme qu’elle applique désormais une politique de tolérance zéro.

(dpa/lom)

Ton opinion

16 commentaires