Actualisé

Un passeport contre le dopage

L'Union cycliste internationale mettra en place dès 2008 un passeport biologique individuel pour l'ensemble des coureurs de l'élite.

Ce passeport dressera leur profil hématologique et stéroïdien, a annoncé mercredi le journal Le Monde.

«C'est une nouvelle approche pour éliminer le dopage», a estimé Anne Gripper, manager antidopage de l'UCI, dans les colonnes du quotidien français, en soulignant que la surveillance des manipulations sanguines et des stéroïdes serait ainsi améliorée.

Les autotransfusions, pour l'heure indétectables, pourraient aussi être mises en évidence de façon indirecte à partir des variations du profil hématologique des coureurs.

Cinq paramètres sanguins (hématocrite, hémoglobine, réticulocytes, hémoglobine plasmatique libre, index de stimulation) seront étudiés sur ce passeport qui consignera les résultats de tous les contrôles sanguins, de l'ordre de six par an.

Contrôles augmentés

Le nombre de contrôles, notamment hors compétition, sera augmenté de façon significative dans l'objectif d'aboutir, a annoncé la responsable de l'UCI, à «dix prélèvements sanguins et quatre échantillons urinaires par coureur».

Un nombre de contrôles suffisant aura été pratiqué pour permettre au passeport biologique d'être opérationnel avant le prochain Tour de France, selon Anne Gripper. Mais l'opération a vocation à concerner l'ensemble des courses du calendrier de la Fédération internationale.

A la différence de la situation actuelle, un coureur pourra être interdit de compétition même si les paramètres se situent en dessous du plafond réglementaire (par exemple, 50 % pour l'hématocrite). «Le but est de fixer des limites individuelles», a expliqué Anne Gripper, à partir de la valeur normale de chaque individu.

En revanche, la possibilité de prononcer une suspension, comme pour un contrôle antidopage classique, est encore en suspens.

«Nous travaillons avec l'Agence mondiale antidopage, depuis 2006, pour que le passeport biologique soit validé juridiquement et que, rapidement, il puisse permettre d'infliger des suspensions de deux ans», a déclaré la manager antidopage de l'UCI.

Selon Le Monde, la fédération internationale annoncera la mise en place de ce passeport à l'occasion du sommet antidopage de Paris, lundi et mardi prochains. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!