Actualisé 02.06.2011 à 22:57

Roland GarrosUn pays s'éveille dans le sillage de Na Li la sage

La Chinoise disputera sa deuxième finale du Grand Chelem après celle de Melbourne en janvier. Au pays, d'énormes attentes pèsent sur les épaules de la joueuse.

de
Grégory Beaud, Paris
Le calme de la Chinoise lui a permis de gravir des sommets.

Le calme de la Chinoise lui a permis de gravir des sommets.

L'Empire du Milieu vibre pour la balle jaune. Deux chiffres l'attestent. Les joueurs de tennis réguliers sont estimés à 14 millions, alors qu'ils étaient 20 millions à regarder la finale de l'Open d'Australie perdue par Na Li face à la Belge Kim Clijsters. En Chine, le tennis est devenu le troisième sport le plus populaire derrière le football et le basketball, grâce notamment à la joueuse originaire de Wuhan.

«Les jeunes adorent son comportement, sa manière d'être, souligne Xinyi Hua, journaliste au «Xin Min Evening News» de Shanghai. Ils sont fascinés par son calme et s'identifient à elle.»

Samedi, la finale face à Francesca Schiavone se déroulera à 15 h. En Chine, il sera 21 h et ils seront de nouveau des millions à s'amasser devant les téléviseurs. Tous soutiendront la «fleur dorée» dans sa tentative de devenir la première chinoise à s'imposer en Grand Chelem, cinq mois après son revers en Australie. «A Melbourne, c'était ma première finale, se souvient-elle. Je n'avais pas d'expérience et je ne savais pas que faire. Maintenant, je saurai.»

Après sa brillante victoire face à la Russe Maria Sharapova en demi-finale (6-4 7-5), Na Li a immédiatement eu une pensée pour les gens au pays: «Le match est passé à la télévision. Je pense que beaucoup d'enfants ont pu le voir et auront envie de faire pareil, voire mieux.» L'engouement n'est pas près de cesser et l'arrivée des Chinoises au premier plan devrait se poursuivre.

Marion n’est pas allée jusqu’au bout

Avec le jeu de massacre dans le tableau féminin, les Français ont cru en Marion Bartoli. Et si la citoyenne de Tartegnin (VD) devenait la deuxième joueuse tricolore de l’ère Open à s’imposer à Roland-Garros après Mary Pierce (2000), se sont-ils dit? Jeudi, Francesca Schiavone a mis fin à ces espoirs fous: elle l’a battue 6-3 6-3 en 1 h 30. L’Italienne sera donc de nouveau présente au rendez-vous de la finale pour tenter de réaliser un doublé sur la terre ocre de la Porte d’Auteuil. «Quand je viens ici, je suis très inspirée, s’est réjouie la Transalpine. Les conditions sont idéales pour moi, je joue avec des balles lourdes. Mon lift est parfait.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!